Antibes : Un couple qui détenait quatorze serpents venimeux condamné

TRIBUNAL Quatorze spécimens, parmi les plus venimeux au monde, avaient été retrouvés à leur domicile sans aucune autorisation

F.Bi.
— 
Un serpent (Illustration)
Un serpent (Illustration) — Foto-Rabe

Chez eux, les forces de l’ordre et l’Office français de biodiversité (OFB) avaient retrouvé quatorze spécimens de serpents, parmi les plus venimeux au monde, souvent mortels. Un couple d’Antibois (Alpes-Maritimes) vient d’être condamné avec sursis par le tribunal correctionnel de Grasse. L’homme a écopé de 18 mois de prison et 10.000 euros d’amende. La peine pour sa compagne est de 3.000 euros d’amende également avec sursis.

C’est un signalement, en septembre 2018, qui avait lancé cette affaire. Des colis contenant des serpents en provenance des Philippines et adressés à un particulier résidant sur la Côte d’Azur étaient interceptés à Leipzig, en Allemagne. A l’intérieur, « des vipères des Temples, espèce arboricole venimeuse originaire d’Indonésie, classée espèce dangereuse par la réglementation », relève l’OFB.

Des terrariums dans tout l’appartement

Une procédure judiciaire était initiée. Mamba vert, vipère du Gabon, crotales asiatiques et vipères du Bush étaient découverts dans l’appartement des mis en cause. « Les différentes pièces de l’appartement avaient été entièrement aménagées pour détenir des reptiles dans des terrariums », précise encore l’Office français de la biodiversité.

Les investigations permettaient de démontrer qu’aucune autorisation administrative n’a été délivrée pour légaliser la détention de serpents venimeux, note l’organisme. Elle n’est autorisée qu’au sein d’établissements d’élevage ou de présentation au public et par des personnes titulaires d’un certificat de capacité, rappelle l’organisme.