Val-d'Oise: Le procès de l'imam pour «apologie du terrorisme» renvoyé au 12 novembre

JUSTICE Accusé d'avoir loué les attaques terroristes sur TikTok, l'imam pakistanais de Villiers-le-Bel reste en détention

20 Minutes avec AFP

— 

Audition dans un Palais de justice (illustration).
Audition dans un Palais de justice (illustration). — S.Salom-Gomis/Sipa

Le procès de l’imam pakistanais de Villiers-le-Bel poursuivi lundi à Pontoise pour « apologie du terrorisme par voie de vidéos » est renvoyé au 12 novembre et il reste maintenu en détention provisoire.

Cet imam, né en 1987 et officiant de manière occasionnelle dans une mosquée de cette ville du Val-d’Oise depuis 2016, avait été arrêté jeudi et placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour « apologie du terrorisme avec l’utilisation d’un réseau de télécommunications ».

Le mis en cause, qui travaille dans un restaurant, se filmait et postait des vidéos sur le réseau social TikTok, louant notamment « les attaques terroristes contre les non-musulmans ». Il a également salué l’acte du ressortissant pakistanais accusé d’avoir grièvement blessé au hachoir deux personnes devant les anciens locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, le 25 septembre.

« Faire le buzz »

Jugé en comparution immédiate, l’imam qui fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire, a demandé un délai pour préparer sa défense. « Je présente mes excuses », a déclaré le prévenu en ourdou. « C’est la méconnaissance du droit français qui m’a fait dire ces horreurs », a-t-il poursuivi. « J’ai commis une erreur, ma seule motivation était de faire le buzz ».

Le mis en cause, au casier judiciaire vierge, a indiqué avoir supprimé son compte Tik Tok. Il sera jugé le 12 novembre à 13h30 devant la 8e chambre du tribunal judiciaire de Pontoise.