Marseille : Jusqu'à trois ans de prison ferme pour d'ex-légionnaires impliqués dans un trafic d'armes

JUSTICE Des anciens légionnaires d'Aubagne ont été condamnés pour un trafic d'armes par le tribunal correctionnel de Marseille 

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du tribunal de Marseille
Illustration du tribunal de Marseille — Gérard Julien / AFP

Des peines de prison ferme envers d’anciens militaires de la Légion Etrangère à Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône. Sept anciens légionnaires ont été condamnés jeudi à Marseille à des peines allant jusqu’à trois ans de prison ferme pour un trafic d’armes organisé alors que la plupart d’entre eux portaient encore l’uniforme.

Les faits avaient été révélés par un renseignement adressé à la police judiciaire en mars 2013, désignant nommément un caporal-chef et un sergent-chef de la Légion Etrangère à Aubagne. Le tribunal n’a pas suivi les réquisitions de la procureure qui avait réclamé des peines allant jusqu’à sept ans de prison et les juges n’ont prononcé aucun des sept mandats de dépôt requis.

Interpellés sur un parking

L’enquête avait permis d’interpeller en flagrant délit le 29 juin 2013, sur le parking d’un centre commercial situé entre Marseille et Aix-en-Provence, trois légionnaires en train de remettre à deux clients 14 pistolets-mitrailleurs et des chargeurs.

Les deux clients, un chef de chantier et un cuisinier déjà condamnés pour des trafics de stupéfiants, se sont vu infliger cinq ans de prison dont deux ans avec sursis et une amende de 5.000 euros pour l’un et de 7.000 euros pour le second.

Dans son réquisitoire, la procureure Alice Mazière avait fustigé « le déshonneur, le dévoiement de la confiance donnée par l’Etat à ces militaires par des techniques de voyous attirés par l’appât du gain ».