Meurtre d’Elodie Kulik : Willy Bardon demande à nouveau à être remis en liberté

PRISON Condamné à trente ans de réclusion criminelle en décembre 2019, Willy Bardon va demander, ce jeudi, à être remis en liberté dans l’attente du procès en appel

V. V.

— 

Amiens, le 21 novembre 2019. Jacky Kulik tient un grand portrait de sa fille, Elodie, lors de l'ouverture du procès de Willy Bardon, soupçonné de l'avoir violé et tué.
Amiens, le 21 novembre 2019. Jacky Kulik tient un grand portrait de sa fille, Elodie, lors de l'ouverture du procès de Willy Bardon, soupçonné de l'avoir violé et tué. — DENIS CHARLET / AFP

A l’énoncé du verdict lors du procès en première instance, Willy Bardon avait tenté de mettre fin à ses jours à l’intérieur même du box où il avait comparu durant deux semaines. « Mais aujourd’hui, il est redevenu combatif. Il veut convaincre de son innocence », assure Gabriel Duménil, son avocat. C’est dans ce cadre-là que cet homme de 45 ans va réclamer, ce jeudi devant la cour d’appel de Douai (Nord), sa remise en liberté dans l’attente de son procès en appel.

Condamné en première instance à trente ans de réclusion criminelle pour l’enlèvement, la séquestration et le viol d’Elodie Kulik, dont le corps supplicié avait été découvert dans un champ à Tertry (Somme), Willy Bardon a toujours nié les faits. Mais lors d’un procès électrique en décembre 2019, les jurés avaient estimé qu’il était coupable en se basant notamment sur l’enregistrement glaçant de l’appel passé aux pompiers par la victime quelques secondes avant sa mort et sur laquelle on entend deux voix d’hommes.

Des menaces de mort durant l’instruction

C’est la troisième demande de mise en liberté déposée par Willy Bardon. Les deux premières ont été rejetées. Mais cette fois-ci, ses avocats assurent qu’il présente toutes les garanties de représentation. Les avocats de Jacky Kulik, le père d’Elodie, estiment, au contraire, que sa remise en liberté pourrait entraîner des risques de troubles, des menaces de mort ayant émaillé l’instruction de ce dossier.

La décision de la cour d’appel de Douai pourrait être rendue dès jeudi soir. Le procès en appel est, quant à lui, déjà audiencé du 14 juin au 2 juillet 2021, selon nos informations.