Selon le parquet, l’article de Mediapart sur Darmanin et Lecornu ne présente pas de caractère diffamatoire

MEDIAS Le site d’information en ligne était poursuivi pour diffamation par les actuels ministres de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu

20 Minutes avec AFP

— 

La rédaction de Mediapart.
La rédaction de Mediapart. — MARTIN BUREAU / AFP

Le titre annoncait : « Deux ministres louent la villa en Corse d’un repris de justice ». Ce vendredi, le parquet a estimé que cet article de Mediapart sur les vacances de Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu sur l’île de beauté en août 2017 « chez un repris de justice » et « un ex-trafiquant de drogue » ne présentait pas de caractère diffamatoire.

Le site d’information en ligne comparaissait devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris poursuivi pour diffamation par les actuels ministres de l’Intérieur et des Outre-mer respectivement ministre des Comptes publics et secrétaire d’Etat auprès du ministre chargé de la Transition écologique à l’époque des faits.

Pas d’atteinte à « l’honneur et la considération »

Le titre de l’article, uniquement visé par la plainte des deux hommes, non présents au tribunal, ne porte « pas atteinte à l’honneur et la considération » des deux plaignants, a affirmé la procureure. Un autre titre, également visé par la plainte des ministres Darmanin et Lecornu, indiquait « deux ministres louent la villa d’un ex-trafiquant de drogue ».

Ces titres reposent sur « une base factuelle », a indiqué la procureure tout en concédant qu’un titre de presse « accepte une certaine dose d’exagération ». Présent à l’audience aux côtés de la journaliste autrice de l’article incriminé, Edwy Plenel, directeur de publication de Mediapart a plaidé la bonne foi.

Une alerte sur une « une grave défaillance »

« Le but était de dire aux deux ministres : faites gaffe où vous passez vos vacances ». Il a indiqué avoir voulu alerter sur « une grave défaillance » des services de l’Etat qui, selon lui, ont omis de prévenir les deux ministres qu’ils allaient passer des vacances chez une personne liée « au grand banditisme insulaire ».

En août 2017, Darmanin et Lecornu ont passé quelques jours de vacances dans une villa au nord d’Ajaccio appartenant officiellement à Christelle Godani, ex-compagne de Gilbert Casanova, condamné à plusieurs reprises, notamment pour trafic de cannabis.

Bien qu’officiellement divorcés, Christelle Godani et Gilbert Casanova vivent toujours ensemble et ils ont personnellement accueilli Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin à leur arrivée en Corse, a fait valoir la journaliste qui a rédigé l’article. « Je ne savais pas si Lecornu et Darmanin savaient vraiment chez qui ils étaient », a-t-elle dit à la barre.

L’avocat des deux ministres, Me Philippe Blanchetier a rappelé que de nombreuses personnalités ont séjourné dans cette villa (référencée sur les sites de locations de vacances) sans que Mediapart songe à consacrer un article à ce sujet.

« Ecrire dans un titre "Deux ministres louent la villa en Corse d’un repris de justice" cela revient à dire que ces deux ministres ont passé leur vacances avec ce repris de justice », a-t-il soutenu.

Avocat de Mediapart, Emmanuel Tordjman a plaidé pour « une belle relaxe ». Selon lui, l’article incriminé donnait une information que « le public est en droit de savoir ». Quant au titre, visé par la plainte, c’est « un modèle de modération avec uniquement du fait », a-t-il soutenu. Le jugement sera rendu le 13 novembre.