Nice : Le parquet abandonne son appel, la relaxe de Martine Landry pour aide aux migrants est confirmée

DESISTEMENT La militante d'Amnesty international devait être rejugée mercredi à Aix-en-Provence, mais le procès est, de fait, annulé

Fabien Binacchi

— 

Martine Landry (2e en partant de la gauche) devant le palais de justice de Nice en 2018
Martine Landry (2e en partant de la gauche) devant le palais de justice de Nice en 2018 — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Elle aurait dû être rejugée mercredi à Aix-en-Provence. Martine Landry n’aura finalement pas besoin de s’y présenter. Le parquet, qui avait fait appel de la relaxe de cette militante d’Amnesty International et de l’Anafé prononcée en 2018 à Nice après un procès pour aide à l’entrée de migrants, a finalement jeté l’éponge, ont appris les ONG ce mardi.

Sollicité par 20 Minutes, l’entourage du procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence confirme le « désistement ». Une nouvelle accueillie « avec soulagement » par les associations, selon qui « leur bénévole de 76 ans » était « poursuivie injustement pour avoir aidé deux mineurs non accompagnés à la frontière franco-italienne ».

Poursuivie pour avoir « convoyé pédestrement » deux mineurs

La justice reprochait en effet à la responsable niçoise d’Amnesty International d’avoir, en juillet 2017, « convoyé pédestrement » deux mineurs entre le panneau France et le poste frontière français, à Menton. Selon elle, ces deux Guinéens, qui étaient passés par le domicile de Cédric Herrou, devaient être pris en charge par les autorités françaises. Pour l’accusation, elle les avait aidés à entrer sur le territoire français.

« Cette décision est un grand soulagement, a réagi mardi Martine Landry. J’étais convaincue que j’étais dans mon droit d’aider ces enfants. Face aux violations des droits des réfugiés et migrants, j’ai fait et je ferai mon devoir de citoyenne de les aider comme je peux. Aujourd’hui, la fraternité l’a emporté. »