« Meurtre à la burqa » à Toulouse : Sept personnes renvoyées devant les assises

ASSASSINAT Sept personnes seront jugées en 2021 par les assises de Toulouse pour la fusillade dans le quartier de la Reynerie où un homme de 27 ans avait trouvé la mort

J.R.

— 

Immeubles HLM dans le quartier de la Reynerie. 4/04/2011 Toulouse
Immeubles HLM dans le quartier de la Reynerie. 4/04/2011 Toulouse — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

La fusillade avait eu lieu un soir d’été au pied des immeubles du quartier de la Reynerie. Le 3 juillet 2017, un homme de 27 ans, Djamel Tarhi, avait été tué par balles et sept autres personnes avaient été blessées suite à cette fusillade, perpétrée par un homme caché sous une burqa et poussant une poussette.

Après trois ans d’instruction, sept personnes vont être jugées devant les assises pour « assassinat et tentatives de meurtre », rapporte La Dépêche du Midi. Le procès devrait se tenir au printemps 2021.

Règlement de compte sur fond de trafic de drogue

Car c’est une véritable scène de guerre qu’avaient découverte ce soir-là les secours et policiers. Djamel Tarhi avait été plombé de plusieurs balles et était mort quelques minutes après la fusillade, rue de Kiev. Le tireur et son complice avaient ensuite pris la fuite, récupérés par une moto et un puissant scooter.

Les enquêteurs de la police judiciaire avaient retrouvé 26 douilles sur les lieux. C’est sur l’une de ces douilles qu’un ADN avait été prélevé, celui d’un homme résidant à Lyon et au passé judiciaire chargé. Abdelkader Ramdani, 47 ans, était en séjour dans la Ville rose du 27 juin et le 6 juillet 2017. Mis sur écoute, le suspect avait avoué à sa compagne être l’exécuteur de cette fusillade. Six autres personnes avaient été identifiées pour avoir participé à cette opération qui s’apparente à un règlement de compte sur fond de trafic de drogue et guerre de territoire.

Les sept accusés nient les faits. Ils risquent la réclusion criminelle à perpétuité.