Marseille : Le procès de Kevin Vacher, militant du collectif du 5 novembre, encore reporté

JUSTICE Le procès de Kevin Vacher, poursuivi pour violence aggravée après l’occupation de Marseille habitat à la suite d’un délogement, est une nouvelle fois reporté

Adrien Max

— 

Kevin Vacher et son avocat Laurent Bartolomei à la sortie du tribunal.
Kevin Vacher et son avocat Laurent Bartolomei à la sortie du tribunal. — Adrien Max / 20 Minutes
  • Le procès de Kevin Vacher, militant du collectif du 5 novembre, a été reporté au 21 juillet prochain pour un supplément d’information.
  • Il est poursuivi par une salariée de Marseille habitat, pour violence volontaire après l’occupation d’un local du bailleur social à la suite de l’expulsion de plusieurs familles d’un immeuble délabré.
  • Kevin Vacher conteste être à l’origine de la blessure de la salariée, qui a entraîné une ITT de moins de huit jours.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Kevin Vacher. Alors qu’il devait être jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Marseille pour  violence aggravée, Kevin Vacher devra encore patienter pour connaître l’issue de son sort. La présidente du tribunal Laure Delsupexhe a suivi la demande du ministère public en demandant un supplément d’information. Elle souhaite que la responsable de l’antenne de Marseille Habitat, citée comme témoin par Kevin Vacher, mais aussi par la plaignante, soit entendue.

Or cette responsable n’a jamais été auditionnée au cours de l’enquête, et ce malgré les 30 heures de garde à vue de Kevin Vacher, et un premier renvoi demandé par la défense en raison de la grève des avocats. « En l’absence de cette audition, cela me pose une véritable difficulté pour me prononcer. Votre version est différente de la plaignante, je demande donc un supplément d’information », a souhaité Laure Delsupexhe.

« Le dossier est vide »

« Je suis surpris par la forme, de ne pas avoir été informé par le ministère public de cette demande de complément d’information. Sur le fond, ce dossier n’a rien à faire devant un tribunal correctionnel, on est sur une forme d’acharnement du parquet », estime l’avocat de Kevin Vacher, maître Laurent Bartolomei.

« Le parquet comprend que le dossier est vide. Après 30h de garde à vue et 10 mois après les faits, bien que la plaignante ne soit pas venue à aucune des deux audiences, le parquet en rajoute tout de même une couche », a commenté Kevin Vacher.

La plaignante, qui s’est désistée de la partie civile tout en maintenant sa plainte, ne s’est présentée à aucune des deux audiences. Elle avait porté plainte pour s’être fait fouler le pouce lors d’une occupation des locaux de Marseille habitat par des membres du collectif du 5 novembre après le délogement de plusieurs familles d’un immeuble délabrés. Kevin Vacher a toujours contesté être à l’origine de cette blessure qui avait engendré moins de huit jours d’ITT. Le procès a été renvoyé au 21 juillet.