Finistère : Du sursis pour avoir tué un chien qu’il venait d’adopter avec un fusil

JUSTICE Un marin pêcheur de 55 ans a été condamné jeudi par le tribunal de Quimper

J.G.

— 

Illustration du tribunal de grande instance de Rennes, au sein de la Cité judiciaire.
Illustration du tribunal de grande instance de Rennes, au sein de la Cité judiciaire. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Pour séparer ses deux chiens qui se battaient, il n’avait pas trouvé d’autres moyens que de tirer sur l’un d’entre eux avec un fusil. Un marin pêcheur de 55 ans était jugé jeudi devant le tribunal correctionnel de Quimper pour acte de cruauté envers un animal, rapporte Le Télégramme. Les faits s’étaient déroulés le 14 juillet 2019 sur la commune de Plobannalec-Lesconil dans le Finistère.

Passablement éméché, avec un taux de 2,70 grammes d’alcool dans le sang, l’homme avait tiré sur l’animal, un boxer qu’il avait adopté peu de temps avant à la SPA. Grièvement touché au niveau de la moelle épinière, le chien avait été laissé agonisant par la famille du quinquagénaire. Finalement conduit aux urgences vétérinaires, il avait été euthanasié.

Des animaux vivant dans des conditions déplorables

L’interpellation de l’individu avait été mouvementée, ce dernier s’étant réfugié dans ses toilettes. Présent au moment des faits, son fils avait par ailleurs remis aux gendarmes toutes les armes que possédait son père, à savoir une batte de base-ball, un sabre, une machette, un poing américain, une carabine et une cinquantaine de cartouches.

La SPA avait porté plainte contre le marin pêcheur qui possédait également des chèvres, des moutons, des perruches et des oies qui vivaient dans des conditions déplorables. Furieux de se voir retirer ses animaux, le prévenu avait menacé de mort des employés de la SPA cet automne. Le tribunal l’a condamné à trois mois de prison avec sursis avec interdiction de détenir des animaux pendant deux ans. Il devra également rembourser près de 7.000 euros à la SPA.