Morbihan : Il voulait « être seul pour se suicider »… Un homme jugé pour avoir tué sa voisine au fusil de chasse

COUR D'ASSISES L’homme de 64 ans est jugé jusqu’à vendredi devant la cour d’assises du Morbihan

Camille Allain

— 

Illustration du code pénal, ici au sein de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, à Rennes.
Illustration du code pénal, ici au sein de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Un homme de 64 ans est jugé cette semaine devant la cour d’assises du Morbihan pour avoir tué sa voisine à Brec’h, petite commune située près d’Auray, en juin 2017. Agée de 55 ans, la victime habitait dans la maison d’enfance de son meurtrier. Quand elle a ouvert la porte, elle a reçu un coup de fusil tiré à bout portant et est morte sur le coup. Son mari, qui était au jardin, est parvenu à s’échapper. L’accusé avait alors retourné le fusil contre lui avant de tirer, se blessant grièvement à la mâchoire.

Jugé depuis mardi devant la cour d’assises, l’homme a du mal à expliquer son geste. D’après Le Télégramme, qui assiste au procès, l’homme aurait expliqué « vouloir être seul pour se suicider ». Il souhaitait mettre fin à ses jours dans sa maison d’enfance, où vivaient la victime et son mari. Un couple avec qui il entretenait des relations houleuses depuis une altercation de voisinage au sujet d’une haie, précise le quotidien.

« Il avait une grimace de haine »

Sous anxiolytiques et avec 2 g d’alcool dans le sang, l’homme n’a que peu de souvenirs de la scène. Le mari de la défunte s’en souvient mieux. « J’ai l’intime conviction qu’il voulait tuer un maximum de personnes de ma famille. Nous étions des étrangers qu’il fallait éradiquer. Il avait une grimace de haine quand il m’a vu », a-t-il déclaré à la barre, rapporte Le Télégramme. Le procès se poursuit jusqu’à vendredi devant la cour d’assises.