Eure : Trois hommes qui s’étaient déguisés en gendarmes du GIGN jugés pour un cambriolage mortel

ASSISES Séquestré pendant le cambriolage avec sa famille, un homme était décédé d’une crise cardiaque

20 Minutes avec agence
— 
Trois hommes sont jugés devant les assises de l'Eure pour un cambriolage mortel (illustration).
Trois hommes sont jugés devant les assises de l'Eure pour un cambriolage mortel (illustration). — Superstock / Superstock / Sipa

Trois hommes sont convoqués toute cette semaine devant la cour d’assises de l’Eure. Ils sont accusés d’avoir, dans la nuit du 18 au 19 juin 2017, fait irruption dans une maison située à Breuilpont, déguisés en commando du GIGN, et séquestré une famille avant de se mettre en quête d’une grosse somme d’argent.

Lors de ce cambriolage, le père était décédé après avoir fait une crise cardiaque, raconte Paris-Normandie ce lundi.

Ils ont reconnu les faits

Les membres du commando ne se sont pas rendus dans cette maison par hasard. Ils avaient effectué des repérages en amont. Le jour des faits, le père, qui dormait sur le canapé, avait été surpris par l’entrée des individus. Il avait été maîtrisé par les cambrioleurs tandis que sa femme et ses filles avaient été séquestrées dans une chambre. Lorsque le père de famille avait fait un malaise, les malfaiteurs avaient quitté la maison.

Les suspects, interpellés en novembre 2017, ont reconnu depuis les faits. « Ils indiquent qu’ils lui ont fait un massage cardiaque avant de quitter les lieux », a précisé auprès du quotidien régional l’avocat d’un des trois mis en cause, précisant que son client « affirme qu’il ne pensait pas trouver du monde dans la maison » et que les malfaiteurs « n’étaient pas armés ». Le procès s’ouvre ce lundi et doit durer une semaine.