Agression d’un policier à Lyon : Trois suspects dont deux mineurs mis en examen

VIOLENCES Les trois hommes sont soupçonnés d'avoir roué de coups un agent de la paix dans la nuit de samedi à dimanche à Lyon, deux d'entre eux ont été placés en détention provisoire

Jérémy Laugier

— 

Photo d'illustration de la police.
Photo d'illustration de la police. — F. Scheiber / 20 Minutes
  • Un policier de Caluire (Rhône) a été victime d’une agression dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu’il rentrait en tenue civile à son domicile de Lyon 7e avec sa compagne.
  • Des jeunes l’auraient alors traité de « sale flic », avant de le rouer de coups, et de s’en prendre également à sa compagne. Tous deux se sont vus prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de respectivement 45 et trois jours.
  • Trois jeunes suspects, dont deux mineurs de 14 et 17 ans, ont été mis en examen. Le majeur et le mineur de 17 ans ont également été placés en détention provisoire.

L’enquête ouverte dimanche pour « violences volontaires avec arme et en réunion ayant entraîné une ITT supérieure à huit jours sur une personne dépositaire de l’autorité publique et de violences volontaires en réunion sur le conjoint d’une personne dépositaire de l’autorité publique à raison des fonctions de cette dernière » a vite entraîné trois interpellations à Lyon. Le procureur de la République de Lyon Nicolas Jacquet indique ce mercredi que les trois jeunes suspects, dont deux mineurs de 14 et 17 ans, ont été mis en examen. Le parquet a précisé dans la soirée que « la personne majeure et le mineur de 17 ans ont été tous deux placés en détention provisoire ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 4 heures à Lyon 7e, un policier de 34 ans a été agressé. « Alors qu’il rentrait, hors service et en tenue civile, à son domicile avec sa compagne, il a manqué de se faire percuter par un véhicule, indique le procureur. Ayant levé le bras en direction du véhicule, le conducteur et son passager étaient descendus en l’invectivant en ces termes ''Sale flic, on va t’enculer''. Il parvenait à les mettre en fuite après un premier échange de coups dont il était victime. L’un des deux individus revenait quelques instants plus tard, accompagné d’une dizaine de personnes dont une au moins avait une barre de fer. »

Plusieurs fractures à la cheville et 45 jours d’ITT pour la victime

Après avoir chuté à la suite d’un coup porté au niveau de la cheville, la victime était selon sa déposition « rouée de coups au sol » par ses agresseurs, qui évoquaient à nouveau sa qualité de policier. Victime de plusieurs fractures à la cheville, d’une luxation du tendon d’Achille et de nombreuses ecchymoses sur tout le corps, le policier en poste au commissariat de Caluire a été opéré et s’est vu prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de 45 jours. Sa compagne, qui a également reçu un coup à la clavicule, présentait pour sa part une ITT de trois jours. Les trois suspects, inconnus des services de justice, ont été déférés par le parquet de Lyon et mis en examen ce mercredi par le juge d’instruction.

« Tous ont reconnu leur présence sur les lieux de l’agression tout en minimisant leur participation et en contestant avoir connu la qualité de policier de la victime », précise Nicolas Jacquet. Des éléments recueillis par les enquêteurs permettraient pourtant de confirmer que les auteurs avaient bien connaissance de la profession de la victime au moment de l’agression.

« Agression spontanée » ou « piège prémédité » ?

Le suspect majeur et le mineur de 17 ans ont tous deux été placés en détention provisoire, tandis que des réquisitions de placement sous contrôle judiciaire avec éloignement du 7e arrondissement de Lyon ont été prises par le parquet à l’encontre du mineur de 14 ans.

Les investigations se poursuivent dans cette affaire sensible, surtout au vu du contexte actuel en France, et elles doivent notamment déterminer s’il s’agissait d’une « agression spontanée » ou bien « d’un piège prémédité », comme l’évoque Laurent Bohé, avocat du policier blessé.