Un militaire amputé après l'explosion d'une roquette en 2007, l'Etat condamné

ACCIDENT Le militaire a été amputé des deux jambes après l’explosion d’une roquette antichar posée sur un bureau en décoration

20 Minutes avec agence
— 
Illustration de la justice.
Illustration de la justice. — Pixabay

Le ministère des Armées a été condamné par le tribunal administratif de Caen (Calvados) à verser environ 224.000 euros d’indemnités à un militaire qui a été amputé des deux jambes en 2007. C’est l’explosion d’une roquette antichar, posée sur un bureau en guise de décoration qui avait entraîné ces blessures, rapporte Actu.fr lundi 15 juin.

Christophe Caron travaillait en tant que spécialiste des transmissions satellitaires dans un bureau du 18e Régiment de transmission de Bretteville-sur-Odon lorsque l’accident s’est produit. Personne n’avait vérifié que la roquette antichar, ramenée d’une opération à l’étranger par l’un de ses collègues, était neutralisée.

Condamné 13 ans après

Si le ministère des Armées n’a jamais contesté sa responsabilité, Christophe Caron, reconnu invalide à 68 %, jugeait les propositions d’indemnisations insuffisantes. Tandis que le ministère lui avait proposé 52.794 euros, puis 57.915 euros, lui réclamait 1,5 million, en comptant la pension d’invalidité qu’il touche chaque mois.

Treize années après, le tribunal a tranché et a condamné l’Etat à lui verser, entre autres, 40.000 euros pour les « souffrances endurées », 25.000 euros pour le « préjudice esthétique » et 20.000 euros pour le « préjudice d’agrément ». Sa compagne va, elle, recevoir un peu plus de 20.000 euros pour les préjudices également subis.