Toulouse : Un chauffard multirécidiviste condamné à 30 mois de prison ferme

ACCIDENT Le tribunal correctionnel de Toulouse jugeait jeudi un homme pour avoir percuté la voiture d'une mère de famille en janvier à Cépet

J.R. avec AFP

— 

Le tribunal de grande instance de Toulouse - Palais de Justice - Illustration
Le tribunal de grande instance de Toulouse - Palais de Justice - Illustration — B. Colin / 20 Minutes
  • Lors de cet accident le 27 janvier, le chauffard avait percuté la voiture d'une mère de famille qui circulait sur la file opposée, alors qu'il doublait un fourgon sans visibilité.
  • Le prévenu avait fui la scène et l'accident, avant d'être interpellé trois mois plus tard par les gendarmes.
  • Condamné à de multiples reprises pour des délits routiers, l'homme a été condamné à 30 mois de prison alors que le procureur avait requis 5 ans.

Trente mois de prison ferme et l’interdiction de passer le permis de conduire pendant un an. C’est la peine dont a écopé jeudi un homme de 39 ans, chauffard multirécidiviste qui était jugé par le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir percuté la voiture d’une femme de 41 ans, le 27 janvier dernier à Cépet, au nord de Toulouse.

La victime, Vanessa, rentrait de son travail quand elle a croisé la route de ce mécanicien, déjà condamné à six reprises ces dernières années pour de nombreux délits routiers. Les pompiers avaient mis trois heures pour désincarcérer la victime de son véhicule. Aujourd’hui, cette mère de trois enfants est toujours en fauteuil roulant et enchaîne depuis l’accident les séances de kiné et les opérations chirurgicales.

Trois mois de cavale

Après le drame, le prévenu s’est arrêté pour voir l’état de la victime, avant de prendre la fuite à pied au bout de dix minutes. Les gendarmes de Saint-Jory, chargés de l’enquête, ont mis trois mois pour l’interpeller, après quatre tentatives. Cet habitant Villematier, père de trois enfants, conduisait une puissante BMW, dont le volant était à droite, et assurée au nom d’un homme aveugle, sans permis. Il avait franchi une ligne continue pour doubler un véhicule et a percuté la Twingo de Vanessa, sur la file opposée.

Lors de l’audience jeudi, le prévenu, qui a reconnu ne jamais avoir passé le permis, a tenté de minimiser sa responsabilité dans l’accident. « J’étais derrière ce fourgon qui roulait doucement, à 25 km/h et à la sortie du village de Cépet, j’ai voulu le doubler mais il a accéléré quand je suis arrivé à hauteur de sa portière. Je n’ai pas réussi [à le dépasser] et j’ai percuté l’autre voiture. J’ai mal évalué ma vitesse et la distance », a raconté à la barre le trentenaire, handicapé du bras gauche suite à un accident de moto.

La peine maximale requise

Le chauffard a justifié sa fuite et sa cavale par la nécessité de laisser « des affaires à ses enfants, sachant qu’il allait aller en prison ». Des explications qui n’ont pas convaincu l’avocat de Vanessa, pointant « le manque d’altérité de cet homme » pour la victime. « Comment se fait-il qu’un individu pareil conduise ? Ma cliente a été dans le coma et avait son pronostic vital engagé suite à l’accident. Aujourd’hui, elle ne peut pas se servir un café sans l’aide de ses enfants. Faut-il qu’il tue quelqu’un pour qu’il puisse un jour s’arrêter ? », s’est insurgé Kamel Benamghar.

Le procureur a requis cinq ans de prison ferme, la peine maximale, « pour l’empêcher de nuire ». Le tribunal correctionnel l’a finalement condamné à 30 mois de prison ferme, avec maintien en détention. « Il ne l’a pas laissée pour morte seule dans un ravin, il a vu que d’autres automobilistes donnaient l’alerte et il a paniqué quand il a entendu les sirènes, justifie Sarah Nabet-Claverie, le conseil du prévenu. Il y a assez pour le condamner sans circonstances aggravantes. »