Coronavirus à Nice : Elle vendait illégalement des masques et du gel non conforme, une pharmacienne condamnée

JUSTICE L’ordre national des pharmaciens a également obtenu que son préjudice soit reconnu à hauteur de 1.000 euros

F.Bi. avec AFP

— 

La praticienne de 71 ans est à la tête d'une pharmacie du nord de Nice
La praticienne de 71 ans est à la tête d'une pharmacie du nord de Nice — SYSPEO/SIPA

Un an de prison avec sursis, un an d’interdiction d’exercice et 10.000 euros d’amende. La pharmacienne niçoise, poursuivie pour avoir vendu, illégalement, des masques et du gel hydroalcoolique non conformes à des particuliers en pleine crise du nouveau coronavirus, a été condamnée lundi soir par le tribunal correctionnel de Nice.

L’ordre national des pharmaciens, qui exigeait 5.000 euros de dommages et intérêts, a également obtenu que son préjudice soit reconnu à hauteur de 1.000 euros.

Des réquisitions plus sévères

Le parquet avait requis une peine plus importante à l’encontre de la praticienne de 71 ans. Un an de sursis probatoire, 280 jours de travaux d’intérêt général, 25.000 euros d’amende et cinq ans d’interdiction d’exercice et de gestion d’une pharmacie avaient été demandés.

« Les réquisitions étaient sévères, mais on est sur quelques pots de gel et quelques masques pour un bénéfice extrêmement faible, a déclaré son avocat Me Laurent Terrazzoni. On va devoir mettre en place une gestion pour sa pharmacie. »

C’est une cliente de l’officine qui avait signalé les abus aux autorités. Lors d’une perquisition menée le 24 mars dans la pharmacie, le personnel confirmait la pratique précisant que certains masques écoulés provenaient de livraisons de l’Etat au profit des hôpitaux et des Ehpad. Il était également retrouvé sur place du gel hydroalcoolique de « fabrication artisanale, contenant parfois du gel échographique ».