Abdelkader Merah définitivement condamné à 30 ans de prison après le rejet de son pourvoi

TERRORISME Le frère du « tueur au scooter », qui a abattu froidement sept personnes en mars 2012 à Toulouse et Montauban, est définitivement condamné pour complicité d’assassinats

B.C.

— 

Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah, est jugé en appel pour "complicité d'assassinats" et "association de malfaiteurs terroriste".
Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah, est jugé en appel pour "complicité d'assassinats" et "association de malfaiteurs terroriste". — BENOIT PEYRUCQ / AFP

La chambre criminelle de la Cour de cassation a rejeté ce mercredi son pourvoi. Il y a un peu plus d’un an, après plusieurs heures de délibérations, la cour d’assises de Paris, spécialement composée de magistrats professionnels, avait condamné Abdelkader Merah à 30 ans de réclusion criminelle pour « complicité d’assassinats et de tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs à caractère terroriste ».

Ce Toulousain de 36 ans était alors reconnu coupable d’avoir participé au parcours mortifère de son jeune frère qui avait abattu en mars 2012 sept personnes, dont trois enfants de l’école juive Ozar Hatorah. Ses avocats avaient décidé alors de former un pourvoi, pointant notamment la déposition anonyme d’un témoin, ou encore la connaissance par l’accusé des desseins terroristes de son frère lors du vol du scooter, moment où Abdelkader Merah se trouvait présent.

Deux-tiers de sûreté

« Je voulais simplement dire que je n’ai rien à voir avec les actions perpétrées par mon frère », avait-il indiqué avec un accent toulousain lors de son second procès. Son avocat, Eric Dupond-Moretti, avait tenté dans sa plaidoirie de réduire la sentence : « Si vous condamnez Abdelkader Merah, les terroristes auront gagné », avait-il plaidé.

L’arrêt rendu par la Cour de cassation ce mercredi, et que 20 Minutes s’est procuré, rend définitive sa condamnation à trente ans de réclusion, assortie d’une période de sûreté des deux-tiers.