Nice : Le commanditaire présumé du rapt de Jacqueline Veyrac reste en prison

PROCES EN VUE Le restaurateur italien accusé d’avoir organisé l’enlèvement de la femme d’affaires avait fait une demande de remise en liberté alors qu’un procès est prévu dès le 25 mai

F.Bi.

— 

La septuagénaire avait été kidnappée devant une pharmacie de Nice (Archives)
La septuagénaire avait été kidnappée devant une pharmacie de Nice (Archives) — AFP

Après une première tentative d’enlèvement infructueuse en 2013, le rapt de Jacqueline Veyrac avait bien eu lieu le 24 octobre 2016, dans le centre de Nice. Giuseppe Serena, un restaurateur italien accusé d’être derrière ce kidnapping qui avait tenu toute la capitale azuréenne en haleine pendant 48 heures, avait demandé sa remise en liberté.

Sa requête a été examinée vendredi par la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence et finalement refusée, révèle Nice-Matin ce lundi. Une décision suscitant l’incompréhension de son avocat qui précise au quotidien régional que l’homme de 67 ans « vit avec un pacemaker » et « souffre de diabète ».

Trois semaines de procès

L’ancien gérant de La Réserve, un restaurant niçois propriété de la riche femme d’affaires, restera en prison dans l’attente de son procès. L’audience qui doit durer trois semaines devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes, est programmée à partir du 25 mai, sauf décision contraire dans le cadre de la crise du coronavirus. Plus d’une dizaine d’autres intermédiaires et exécutants présumés sont également appelés à comparaître.

Jacqueline Veyrac, 76 ans alors, avait été enlevée à sa sortie d’une pharmacie et embarquée dans une fourgonnette. Elle avait été retrouvée 48 heures plus tard, entravée mais saine et sauve, à l’arrière du véhicule par un promeneur. Une demande de rançon avait été faite à son fils par téléphone.