Marseille: Des policiers accusés d'une violente « agression par pur plaisir » sur un ado de 16 ans dans les quartiers Nord

VIOLENCES POLICIERES Quatre ans de prison ont été requis à l’encontre de deux membres des forces de l’ordre accusés de violences policières envers un adolescent

Mathilde Ceilles

— 

Un policier (image d'illustration).
Un policier (image d'illustration). — ERIC BERACASSAT/SIPA
  • Deux policiers comparaissaient ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Marseille.
  • Ils sont accusés d’avoir agressé « par pur plaisir », selon les termes de la procureure, un adolescent sans histoire.
  • Quatre ans de prison ont été requis à leur encontre.

« C’est un passage à tabac en bonne et due forme ». Les mots de la procureure Virginie Taventi claque dans la onzième chambre du tribunal correctionnel de Marseille, pleine à craquer. Une trentaine de policiers, dont le secrétaire départemental du syndicat Alliance, Rudy Manna, est venu soutenir ce jeudi leurs deux collègues à la barre. Lionel P. et Thomas B. sont tous deux accusés d’avoir violemment agressé le jeune Ishaq, 16 ans au moment des faits, un soir de février 2018 dans une petite rue des quartiers Nord de Marseille.

Le lycéen originaire de Villeneuve-sur-Lot, décrit comme sans histoire et inconnu de la justice, est en vacances chez son frère lorsqu’il sort faire des courses dans le 14e arrondissement. C’est là qu’il tombe sur une voiture de police et, selon son récit, fait l’objet d’une violente agression de la part des deux policiers. Ces derniers le plaquent au sol et le rouent de coup sans qu’il ne comprenne sur le moment pourquoi. Les expertises médicales relèvent « de nombreuses contusions au visage », une fracture du plancher de l’orbite ou encore des blessures au genou.

Le stylo de la discorde

Un simple stylo, du syndicat policier Alliance, permet notamment de confondre les deux policiers. Ce stylo a été ramassé par la victime sur les lieux de l’agression, et comporte les ADN de Thomas B., qui reconnaît lui-même en être propriétaire… et s’alarme rapidement de sa disparition. Depuis, selon l’avocat de la victime, Me Linda Sennaoui, la vie d’Isaq est « brisée », alors que l’IGPN a conclu à un rapport accablant pour les deux prévenus.

« On est allé briser un jeune homme, lance l’avocate de la partie civile. On est allé enlever son seul espoir d’avoir une belle vie sans histoire sans rien. » Depuis l’agression, le jeune homme ne s’est pas présenté à ses examens de CAP et est suivi par une psychothérapeute et un psychiatre.

Coïncidences ?

Chez les policiers, dans le public, comme à la barre, le ton est d’abord à la désinvolture, malgré la gravité des faits. La trentaine de policiers présente procède même à une distribution de stylos Alliance devant le tribunal, sur le ton de la blague. « Ne dites pas du mal de nos stylos, ils sont très beaux », sourit un membre du public à notre attention lors d’une suspension d’audience. A la barre, interrogé sur sa personnalité, Lionel P. se permet une petite boutade, en glissant que de son passé de rugbyman, il ne lui reste que « la troisième mi-temps ».

Mais face à la présidente et ses questions, Thomas B. et son responsable hiérarchique Lionel P., décrits par leur chef actuel comme deux policiers exemplaires, nient en bloc les faits. Les deux prévenus se disent victimes d’une invention de la part de la victime, qui a préféré couvrir d’autres agresseurs, potentiellement liés à un trafic de drogue. Certes, le stylo est à eux. Certes, ils étaient sur les lieux. Mais tout ceci est une série de hasards. « Ce sont des coïncidences, de mauvaises coïncidences, abonde leur avocat, Me Laurent-Franck Lienard, surnommé l’avocat des flics. Ils étaient au mauvais moment au mauvais endroit. »

« Une agression gratuite »

Une version qui ne convainc pas la procureure, qui procède à un réquisitoire au vitriol à l’encontre des deux policiers. « Il y a trop de coïncidences dans cette procédure qui font qu’on ne peut plus croire au hasard ». Et d’accuser : « Je suis convaincue que ce jeune garçon a été victime de violences graves, déplorables, qui auront des conséquences sur son quotidien. »

« On aurait pu entendre qu’il s’agit d’une interpellation qui tourne mal, suppose la procureure. Ça n’excuse pas mais ça donne un brin d’explication. Les faits sont contestés. On ne comprend pas pourquoi. La seule chose qu’on a, ce sont les explications de la victime. Et ça donne quoi ? Une agression gratuite. Une par pur plaisir. Par pure volonté de se payer un gamin de seize ans dans les quartiers nord de Marseille. Ça les rend eux encore plus détestable et le geste encore plus détestable. »

« C’est impossible, répète leur avocat, Me Lienard. Ça ne peut pas exister. Moi je défends des flics, mais ce n’est pas ceux-là. » « Il n’a pas besoin qu’il prenne un avocat avec une procureure comme ça, s’indigne à la sortie du tribunal Rudy Manna. C’est scandaleux. » Quatre ans de prison dont un avec sursis a été requis envers ces deux policiers. Virginie Taventi a également demandé que tous deux soient interdits d’exercer. La décision a été placée en délibéré au 19 mars prochain.