Lille : Soupçonné de trafic de drogues, il risque 20 ans de prison mais doit comparaître sans avocat

PROCES Un Tourquennois, soupçonné d’être à la tête d’un vaste trafic de drogues, a commencé son procès sans pouvoir être défendu par un avocat

Gilles Durand

— 

Illustration du tribunal de Lille.
Illustration du tribunal de Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • Soupçonné de trafic de drogues, un Tourquennois comparaît sans avocat lors de son procès en correctionnelle où il risque 20 ans de prison.
  • Son ancien avocat conteste la tenue de ce procès alors qu’il n’était pas disponible.
  • En octobre 2017, une enquête aboutissait à l’arrestation de 25 personnes soupçonnées d’être liées à un réseau de trafic de drogues.

Sans avocat. Rarement, un procès de cette importance avait vu un accusé assurer seul sa défense. Ce sera le cas d’un Tourquennois, Karim H. dont l’audience a commencé, lundi, au tribunal correctionnel de Lille. Elle doit se terminer le 17 mars.

En compagnie de Karim H., ils sont 24 à comparaître, soupçonnés d’appartenir à un vaste réseau international de trafic de drogue installé dans la métropole de Lille. En octobre 2017, une enquête menée par la Jirs (juridiction interrégionale spécialisée) de Lille aboutissait à l’arrestation de plusieurs personnes.

Saisies spectaculaires de drogues

Des saisies spectaculaires étaient opérées dans les quartiers lillois de Fives et de Moulins ou encore à Marcq-en-Barœul et jusqu’à Menin. Des milliers d’euros ont été retrouvés dans des coffres-forts, ainsi que de la cocaïne, de l’héroïne ou du cannabis en grosse quantité.

Pour les enquêteurs, la tête du réseau est Karim H., un Tourquennois connu de la justice. Agé de 44 ans, il a déjà écopé de 45 ans de prison et se trouve fiché au grand banditisme. En 2003, il avait notamment déjà été condamné à 15 ans de prison pour trafic de drogues. Lors de son interpellation, en 2017, il était en cavale, évadé de la prison de Melun.

Atteinte scandaleuse aux droits de la défense

Incarcéré, depuis, à l’isolement au centre de détention d’Annoeullin, il s’est donc présenté, lundi, devant le juge sans son avocat, Me Charles Lecointre, qui dénonce la méthode. « Depuis novembre, j’avais prévenu que j’étais indisponible entre le 4 et le 11 mars, retenu par un procès aux assises, explique l’avocat à 20 Minutes. Pour autant, j’ai appris, fin janvier, que les dates du 9 au 17 mars étaient maintenues. C’est une atteinte scandaleuse aux droits de la défense. »

L’avocat lillois a donc décidé de se retirer du dossier pour permettre à un avocat commis d’office d’assurer toutefois la défense. Selon nos informations, aucun autre avocat n’a été proposé à l’accusé du fait de la lourdeur du dossier. « Deux femmes qui devaient également comparaître à partir de lundi ont pu obtenir d’être jugées plus tard. Mais ce report a été refusé à mon ancien client », déplore Me Lecointre. Motif : « Sans vous, le procès n’a pas de sens », a dit le juge à Karim H., selon La Voix du Nord.

Dans cette affaire, le Tourquennois risque 20 ans de prison.