Alexandre Benalla échoue à faire annuler les enregistrements de Mediapart par la justice

INFO « 20 MINUTES » L’ancien chargé de mission de l’Elysée avait saisi la justice, estimant que les enregistrements révélés par « Mediapart » constituaient des « preuves déloyales »

Vincent Vantighem

— 

Le Touquet (Pas-de-Calais), le 17 juin 2017. Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d'une promenade à vélo.
Le Touquet (Pas-de-Calais), le 17 juin 2017. Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d'une promenade à vélo. — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Alexandre Benalla a été mis en examen pour une dizaine de délits depuis qu’il a molesté un couple de manifestants, le 1er mai 2018, place de la Contrescarpe à Paris.
  • Il y a un an, « Mediapart » avait révélé une série de sept enregistrements compromettants pour sa défense.
  • L’ancien chargé de mission a saisi la justice pour obtenir l’annulation de ces enregistrements, estimant qu’ils étaient « déloyaux ».

« C’est un truc de dingue ! », l'entendait-on se vanter sur les bandes. Selon nos informations, Alexandre Benalla a échoué à faire annuler par la justice  les enregistrements révélés par Mediapart et qui plombent sa défense dans les enquêtes le concernant. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a rejeté ce mardi matin, d’après des sources concordantes, sa requête qui avait été examinée, à huis clos, le 4 février. 

Présent à la cour d’appel de Paris, l'un des avocats de l'ancien chargé de mission de l'Elysée s'est refusé à tout commentaire. « C’est une déception », a sobrement déclaré, de son côté, Christian Saint-Palais, l’avocat de Vincent Crase, l’acolyte d’Alexandre Benalla, qui avait formulé la même demande.

Le soutien du « patron » et le contrat russe

Neuf mois après les événements du 1er mai, place de la Contrescarpe, au cours desquels Alexandre Benalla avait molesté des manifestants, Mediapart avait dévoilé une série d’enregistrements, remettant deux sous dans la machine. On y découvrait alors que le conseiller de l’Elysée se vantait, dans les jours suivant la révélation des faits de la place de la Contrescarpe et l’ouverture d’une enquête, d’avoir toujours le soutien du « patron » Emmanuel Macron et de « Madame » Brigitte Macron ; qu’il violait allégrement son contrôle judiciaire l’interdisant de rencontrer  Vincent Crase ; et, surtout, qu’il était impliqué dans la signature d’un contrat avec un sulfureux oligarque russe, Iskander Makhmudov.

Autant d’éléments potentiellement compromettants qu’il souhaitait voir disparaître de la procédure en cours. Pour cela, l’ancien proche du président de la République avait invoqué la loyauté de la preuve, régie par l’article 427 du Code de procédure pénale.

L’ombre des services de renseignements français ?

Mediapart ayant toujours refusé d’indiquer l’origine des enregistrements en raison du secret des sources, Alexandre Benalla n’exclut pas d’avoir été piégé par les services de renseignements français. Auquel cas, selon lui, la captation de sa conversation avec Vincent Crase aurait dû faire l’objet d’une déclaration préalable. Cela n’ayant pas été fait, l’ancien chargé de mission assurait que la preuve n’est pas « loyale » et qu’elle devait donc sortir du dossier. Ainsi que toutes les autres pièces y faisant référence…

La justice a donc rejeté sa demande ce mardi matin. Alexandre Benalla et Vincent Crase ont désormais la possibilité de saisir la Cour de cassation pour obtenir gain de cause.