Justice : L’enquête visant un journaliste du « Monde » soupçonné d’envoyer des photos de lui dénudé classée sans suite

INFO « 20 MINUTES » Selon nos informations, le journaliste a été jugé « irresponsable » en raison d’un traitement médicamenteux qu’il prenait à l’époque des faits

Hélène Sergent

— 

L'enquête a été classée sans suite par le parquet de Paris le 21 novembre 2019.
L'enquête a été classée sans suite par le parquet de Paris le 21 novembre 2019. — Omar Marques / SOPA Images/Sipa
  • Le 6 mars 2019, huit femmes ont déposé une plainte contre X pour « harcèlement sexuel » et « violences psychologiques ». Elles accusaient un journaliste du Monde d'avoir envoyé, sans leur consentement, des photos de lui dénudé via l’application Messenger.
  • Au total, une vingtaine de femmes ont reçu, malgré elles, ces images à caractère sexuel entre 2011 et 2017.
  • L’enquête a été classée sans suite par le parquet de Paris en novembre dernier, a appris 20 Minutes. L’homme en question a été jugé « irresponsable » en raison des effets secondaires générés par un traitement médicamenteux qu’il suivait à l’époque.

L’enquête avait été ouverte en moins de 48 heures par le parquet de Paris. Le 6 mars 2019, huit femmes – évoluant dans le milieu de la communication, des médias et des nouvelles technologies – déposaient une plainte contre X pour « harcèlement sexuel » et « violences psychologiques » et mettaient en cause un journaliste du Monde. Toutes expliquaient avoir reçu, sans leur consentement, des photographies à caractère sexuel de cet homme entre 2011 et 2017 via l'application Messenger de Facebook. Certaines avaient collaboré avec lui dans le cadre de leur activité, d’autres ne le connaissaient pas mais partageaient un même réseau professionnel.

Confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), l’enquête a été classée sans suite le 21 novembre dernier par les magistrats du parquet a appris 20 Minutes ce mardi de sources concordantes. Selon nos informations, le journaliste visé dans la plainte déposée en mars a été jugé « irresponsable » pour des raisons médicales. Une expertise réalisée en juillet par un médecin neurologue a révélé qu’un médicament pris par cet homme entre 2011 et 2018 serait à l’origine d’importants troubles du comportement et des faits reprochés figurant dans la plainte.

« Dommages collatéraux »

Pour Fanny Bouton, l’une des plaignantes et journaliste à l’origine d’un appel à témoignages qui a permi de regrouper une vingtaine de femmes destinataires de ces photos, même si cette décision est « difficile à avaler », cette enquête aura « permis d’alerter et mettre un terme à neuf ans de silence et de honte ». Contactée par 20 Minutes, l’avocate des jeunes femmes, Valentine Rebérioux, ajoute : « Il n’y a jamais eu volonté de nier la maladie de cet homme de la part de mes clientes ou de nier les effets secondaires générés par son traitement. Mais cette procédure judiciaire était nécessaire. D’abord parce qu’elles ne savaient pas qu’il était malade, ensuite parce qu’elles n’ont aucune compétence pour savoir qu’il peut exister un lien entre un médicament et un tel comportement et enfin parce que la plainte a révélé des faits graves et a contribué à les faire cesser ».

Réactive, la direction du Monde, avait contacté Fanny Bouton quelques heures à peine après la publication de son appel à témoignage en février 2019. Dans la foulée, une enquête interne et une procédure de mise à pied à titre conservatoire avaient été mises en œuvre. Un e-mail avait également été adressé à l’ensemble de la rédaction afin de rappeler les dispositions mises en place au sein du groupe pour lutter contre le harcèlement – notamment le harcèlement sexuel – et les discriminations. « On ne regrette pas notre démarche, estime la journaliste, même si on a un peu le sentiment d’être considérées comme des dommages collatéraux. »

Sans nier le caractère très spécifique de cette procédure, lié au traitement médical de l’homme visé dans leurs récits, les jeunes femmes destinataires de ces photos pointent toutefois le « vide juridique » reflété selon elles dans ce dossier. « Il y a quand même un trou dans la raquette judiciaire. Envoyer une photo à caractère sexuel de soi nu à quelqu’un qui n’en a pas envie et qui n’a rien demandé n’entraîne aucun type de sanction dès lors qu’il n’est pas réitéré », déplore Fanny Bouton.