Bas-Rhin : Un père s’accuse d’un accident mortel sur l'A35 à la place de son fils « pour le protéger »

ENQUETE Le fils, qui était à bord du véhicule, a finalement reconnu qu'il était au volant lors de l'accident jeudi 13 février sur l'A35, après la sortie de Sessenheim, dans le Bas-Rhin

Nils Wilcke

— 

Le dos d'un gendarme français. (illustration)
Le dos d'un gendarme français. (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

Leur vie a basculé ce jeudi 13 février en milieu de journée, peu après la sortie de Sessenheim, dans le Bas-Rhin.

Ce jour-là, une voiture fait une sortie de route sur le ban communal de Drusenheim et termine sa course au bord de l' autoroute. A son bord, quatre passagers, dont l’un d’entre eux meurt sur place. L’homme, âgé de 40 ans, a été éjecté de la voiture. « Il ne portait pas sa ceinture », indique à 20 Minutes une source policière.

Sa version est contredite par les relevés

Dans un premier temps, l’un des passagers, un père de 47 ans, dont le fils de 21 ans, était également à bord, prétend qu’il était au volant au moment de l’accident. Mais sa version est contredite par les relevés effectués sur les lieux du drame puis par l’enquête du peloton motorisé de la gendarmerie de Soufflenheim. Un appel à témoins est lancé dans la foulée.

« On a trouvé du sang plus près du côté passager que conducteur, explique notre source, et seul le père avait été blessé, pas le fils ». Confronté à ces faits, le fils a finalement reconnu qu’il était le conducteur. Il se serait assoupi au volant. Le père se serait accusé à la place de son fils « pour le protéger », poursuit notre source.

Poursuivi pour déclaration mensongère, le père a fait l’objet d’un rappel à la loi. Le fils a été placé en garde à vue avant d’être remis en liberté en attendant les suites judiciaires de cette affaire.