Marseille : Le tribunal rejette l’existence d’un péril grave pour la santé et ordonne la poursuite des travaux au collège Versailles

AMIANTE Plusieurs associations et syndicats s’inquiètent des conditions d’un chantier réalisé alors que les cours se poursuivent à côté

C.D.

— 

Le collège Versailles.
Le collège Versailles. — Bertrand Langlois / AFP

Pour la juge des référés du tribunal administratif de Marseille, « l’existence d’un péril grave pour la santé publique » n’est, à ce jour, pas démontré. Elle rejette ainsi la demande, faite par plusieurs associations et syndicats, de suspendre les travaux de démolition-reconstruction du collège Versailles, et de délocaliser l’établissement pendant la durée des travaux.

A plusieurs reprises, le collectif des enseignants du collège Versailles avait fait part de ses inquiétudes quant aux conditions de réalisation du chantier, en particulier sur les opérations de désamiantage. Avec l’association des victimes de l’amiante dans les locaux de l’éducation dans les Bouches-du-Rhône (AVALE 13), le syndicat Sud-Education 13 et le syndicat CGT Educ’Action13, le collectif avait décidé de porter l’affaire devant la justice, pour contraindre le département à suspendre le chantier et compléter les études préalables.