Mulhouse : Trois hommes mis en examen pour une escroquerie au Code de la route

ARNAQUE Une vaste escroquerie à l’examen du Code de la route a été démantelée à Mulhouse.

Nils Wilcke

— 

Au moins une centaine de personnes auraient bénéficié de cette escroquerie au code.
Au moins une centaine de personnes auraient bénéficié de cette escroquerie au code. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Trois personnes ont été mises en examen jeudi 23 janvier à Mulhouse à la suite du démantèlement d’une escroquerie au Code de la route, a annoncé le parquet ce lundi.
  • « Au moins une centaine de personnes » auraient bénéficié de cette escroquerie, « en versant 1.500 euros en échange de l’examen », indique à 20 Minutes la procureure de la République de Mulhouse Edwige Roux-Morizot.
  • Les trois personnes mises en examen ce jeudi sont le gérant de cette auto-école, son père, qui en est l’ancien responsable, et le gérant d’une société de contrôles techniques basée à Rixheim.

Pas besoin de passer le code, il suffisait de payer. Trois personnes ont été mises en examen jeudi 23 janvier à Mulhouse à la suite du démantèlement d’une escroquerie au Code de la route, a annoncé le parquet ce lundi.

Tout est parti de dénonciations anonymes auprès de différents services de police dans le Haut-Rhin. « Des anomalies avaient été constatées sur les profils d’un certain nombre de candidats au Code de la route, notamment lorsqu’ils passaient et réussissaient ce dernier à l’auto-école Franklin », indique à 20 Minutes la procureure de la République à Mulhouse, Edwige Roux-Morizot.

Des personnes maîtrisant mal le français

« Au moins une centaine de personnes » auraient bénéficié de cette escroquerie, « en versant 1.500 euros en échange de l’examen ». Une « escroquerie très organisée », selon la magistrate qui a profité à des personnes en majorité issues « de milieux culturels » maîtrisant mal le français, en difficultés pour passer l’examen, « notamment des personnes issues de la communauté des gens du voyage ».

Soit l’ex-gérant passait l’examen à la place des candidats, soit il s’asseyait à côté d’eux pour leur souffler les réponses ou demandait à un proche de le faire, explique la procureure Edwige Roux-Morizot.

« Au moins 150.000 euros » de fraude

Les trois personnes mises en examen ce jeudi sont le gérant de cette auto-école, son père, qui en est l’ancien responsable, et le gérant d’une société de contrôles techniques basée à Rixheim, qui avait obtenu en 2016 l’habilitation à faire passer l’examen du Code de la route. « C’est à partir de cette date que l’escroquerie a débuté », indique la procureure. Le bouche-à-oreille faisant son office, les demandeurs sont venus de la France entière pour passer l’examen. L’escroquerie aurait prospéré jusqu’en 2018.

Les trois hommes ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, corruption active et passive, complicité de corruption active et blanchiment d’escroquerie en bande organisée. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Le parquet, qui avait requis une interdiction d’exercer mais n’a pas été suivi par le juge d’instruction, a fait appel de cette décision.

Le montant de la fraude s’élève « à au moins 150.000 euros », selon la procureure. Que va-t-il se passer pour les bénéficiaires ? « Les services de la préfecture devraient annuler leurs permis de conduire », indique la magistrate.