Montpellier : Nouveau feu vert de la justice pour le centre commercial contesté Oxylane

JUSTICE L’association SOS Lez Environnement avait attaqué le dossier sur sa gestion des ressources en eau, la justice a rejeté ses arguments

N.B.

— 

Des militants du collectif Oxygène qui se bat contre l'implantation d'un centre commercial Oxylane près de Montpellier
Des militants du collectif Oxygène qui se bat contre l'implantation d'un centre commercial Oxylane près de Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse

Encore un camouflet, pour les opposants au projet de centre commercial Oxylane, à Saint-Clément-de-Rivière, près de Montpellier, dans l’Hérault.

Ce mardi, le tribunal administratif de Montpellier a rejeté la demande d’annulation de l’arrêté du préfet, autorisant les travaux nécessaires à la réalisation de ce « lotissement multi-activités », porté par Decathlon. L’association SOS Lez Environnement avait attaqué le dossier sur sa gestion des ressources en eau.

C'est sur ce champ de 24 hectares qu'est prévu Oxylane, .
C'est sur ce champ de 24 hectares qu'est prévu Oxylane, . - N. Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

« Le projet continue d’avancer »

Le tribunal, conformément à l’avis du rapporteur public, a écarté les arguments de l’association, jugeant notamment que l’étude réalisée au titre de la loi sur l’eau « était complète et permettait au public, dans le cadre de l’enquête publique, de disposer d’une information suffisante sur le contenu du projet et les conséquences de celui-ci ».

Sollicité par 20 Minutes, Guillaume Sarthe, responsable du développement de Decathlon se dit « ravi ». « C’est une décision attendue, sans surprise, au vu du dossier que l’on a monté, de l’enquête publique, de l’arrêté préfectoral. Le projet continue d’avancer. »

De son côté, Jean-Michel Hélary, porte-parole du collectif Oxygène, chef de file des opposants à Oxylane, indique qu’il n’a pas l’intention de baisser les bras, malgré ce revers. « Nous allons examiner la suite à donner », souligne-t-il.