Rennes : Le procureur dénonce la «giletjaunisation» des audiences et provoque la colère des avocats

JUSTICE L’audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire a été perturbée ce lundi matin

J.G. avec AFP

— 

Illustration d'avocats ici dans une salle d'audience de la cour d'appel de Rennes.
Illustration d'avocats ici dans une salle d'audience de la cour d'appel de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

La tension est palpable en ce moment dans le monde judiciaire avec les avocats qui sont remontés contre le projet de réforme des retraites et la suppression de leur régime autonome. Il y a dix jours, la ministre Nicole Belloubet en avait fait les frais en étant conspuée par des avocats de la Cour de cassation. Ce lundi matin, c’est l’audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire de Rennes qui a été perturbée.

Tout est parti d’une petite phrase lâchée par le procureur de la République Philippe Astruc concernant les perturbations qui affectent depuis deux semaines le fonctionnement du tribunal judiciaire de Rennes, à l’instar d’autres tribunaux en France. « Il ne peut être admis (…) que l’audience devienne une agora ou le terrain d’expression de revendications. En un mot, il ne peut y avoir de "giletjaunisation" de l’audience », a-t-il déclaré.

La bâtonnière quitte la salle furieuse

Ces propos ont aussitôt provoqué le départ de la salle de la bâtonnière et des autres représentants des avocats, soutenus par les applaudissements nourris des avocats rassemblés à l’entrée de la salle d’audience, qui ont couvert le reste du discours du procureur. Avant l’audience, les avocats rennais, dont beaucoup arboraient un autocollant RIP sur la bouche, avaient formé une haie d’honneur dans l’escalier du tribunal.

« Ce n’est pas par plaisir que les actions menées par les avocats désorganisent l’institution judiciaire », a réagi la bâtonnière Hélène Laudic-Baron. « Le terme de "giletjaunisation" est inacceptable car ce n’est pas le sens du mouvement des avocats, qui ne font que leur métier avec beaucoup de conscience professionnelle », a-t-elle ajouté.