Gabriel Matzneff cité à comparaître devant le tribunal pour « apologie de crime »

INFO « 20 MINUTES » L’Ange Bleu, association de prévention de la pédophilie, vient de délivrer une citation directe à comparaître devant le tribunal à Gabriel Matzneff

Vincent Vantighem

— 

Paris, le 10 avril 2014. Gabriel Matzneff est visé par une enquête préliminaire pour «viols commis sur mineurs».
Paris, le 10 avril 2014. Gabriel Matzneff est visé par une enquête préliminaire pour «viols commis sur mineurs». — JACQUES DEMARTHON / AFP
  • Auteur de plusieurs livres où il raconte ses « amours » avec de jeunes adolescents, Gabriel Matzneff est aujourd’hui la cible de vives critiques du milieu littéraire.
  • Le 2 janvier, Vanessa Springora a publié un livre dans lequel elle narre « l’emprise » qu’il a eue sur elle, alors qu’elle avait 14 ans et lui, 50.
  • Selon nos informations, l’écrivain va être cité à comparaître devant le tribunal de Paris pour « apologie de crime » et « provocation à commettre des délits et des crimes ».

La citation à comparaître doit encore lui être délivrée en mains propres. Mais une date d’audience a d’ores et déjà été fixée. Selon nos informations, Gabriel Matzneff est cité à comparaître, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour « apologie de crime » et « provocation à commettre des délits et des crimes », en l’espèce des viols sur mineurs. La démarche émane de L’Ange Bleu, une association qui lutte contre la pédophilie. Selon des sources concordantes, une première audience de procédure est d'ores et déjà programmée le 12 février à 13h30.

Au cœur de la tempête médiatique depuis la sortie du livre de Vanessa Springora, Le consentement*, dans lequel elle raconte la relation qu’il a entretenue avec elle alors qu’elle avait 14 ans et lui, 50, Gabriel Matzneff était déjà visé par une enquête du parquet de Paris pour « viols sur mineurs ».

« Les livres de Matzneff sont un mode d’emploi pour pédophiles »

Sans attendre le résultat de cette enquête, l’association L’Ange Bleu a donc, selon nos informations, choisi la voie de la citation directe à comparaître pour que l'écrivain s’explique devant la justice rapidement. Cette association œuvre, depuis des années, pour empêcher le passage à l’acte des pédophiles et favoriser le travail de résilience des victimes. Pour cela, elle organise, notamment, des groupes de parole entre auteurs de faits et victimes.

« Les livres de Gabriel Matzneff et notamment celui intitulé Les moins de 16 ans sont un mode d’emploi pour les pédophiles, justifie Latifa Bennari, la présidente de L’Ange Bleu. J’ai rencontré tellement de pédophiles qui se sont sentis légitimés par les ouvrages de Matzneff ou ceux de Tony Duvert [un autre écrivain décrié, mort en 2008] que j’ai voulu saisir la justice. »

La question de la prescription au centre des débats

La voie de la citation directe est habile. Elle permet à l’association de convoquer directement l’écrivain à une audience devant le tribunal sans passer par une phase d’enquête qui peut s’avérer longue. Encore faut-il disposer d’éléments concrets pour cela… « Mais chacun de ses ouvrages fait l’apologie de ses pratiques pédophiles, s’étrangle Latifa Bennari. Chaque livre est un aveu ! »

Sans doute. Et c’est sûrement pour cela que les éditions Gallimard ont annoncé, mardi, l’arrêt de la commercialisation des ouvrages controversés. Mais la justice ne va-t-elle pas considérer que les faits sont prescrits ? La citation directe de L’Ange Bleu se fonde sur l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 qui prévoit un délai de prescription de… trois mois. En 2014, une démarche similaire d’une autre association –Innocence en danger– s’était d’ailleurs conclue par un classement sans suite pour cette raison.

Sa lettre à « L’Express » du 2 janvier au cœur des débats

« Les livres de Monsieur Matzneff sont sortis il y a plus de trois mois, reconnaît Mehana Mouhou, l’avocat de L’Ange Bleu. Mais il a publié dans L’Express une lettre ouverte le 2 janvier dans laquelle il n’y a pas de déni, dans laquelle il présente sa relation avec Vanessa Springora comme un amour passionné. Cela suffit à caractériser les faits d’apologie de crime pédophile. »

Dans cette prise de parole – la seule depuis le début de la polémique – Gabriel Matzneff, 83 ans, explique qu’il ne « mérite » pas le sort qui lui est réservé à l’heure actuelle. Il confirme bien avoir entretenu une relation amoureuse avec Vanessa Springora. Et précise, en guise de preuve, que son livre La prunelle de mes yeux, sorti en 1995, en est « l’exact récit ». Mehana Mouhou souhaite donc que les choses s'accélèrent désormais. « Ce serait bien que Gabriel Matzneff réponde avant que la porte du temps ne se referme sur lui », conclut-il.

Le 12 février, la première audience devrait être consacrée à des questions de procédure. Il faudra ensuite sans doute attendre plusieurs audiences-relais avant que le tribunal n'aborde le fonds des choses. Mais pour de tels faits, l'écrivain encourt une peine de cinq ans de prison de 45.000 euros d’amende.

* Le consentement de Vanessa Springora aux éditions Grasset (207 pages, 18 euros)