Fontainebleau: Six personnes écrouées pour un projet de vols au château

ARRESTATIONS Le musée chinois, aménagé au sein de l’édifice, avait déjà été cambriolé en mars 2015

20 Minutes avec AFP

— 

Le mythique escalier en fer à cheval du château de Fontainebleau.
Le mythique escalier en fer à cheval du château de Fontainebleau. — Flickr.com

La police est intervenue avant le passage à l’acte. Six personnes ont été mises en examen et écrouées pour avoir projeté un cambriolage au « musée chinois » du château de Fontainebleau (Seine-et-Marne), où sont exposées des pièces d’art asiatiques collectionnées par Napoléon III. Les six malfaiteurs présumés ont été interpellés dans la nuit du 27 au 28 décembre à Nemours dans le cadre d’une enquête menée par le parquet de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris, a indiqué une source judiciaire.

Les accusés nient les faits

Déférés le 31 décembre, ils ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime et vols en bande organisée, et placés en détention provisoire. Parmi ces six suspects figurent cinq Espagnols et un Chinois, a précisé une source proche du dossier. D’après cette source, ils s’apprêtaient à passer à l’acte lorsqu’ils ont été interpellés.

Selon le Parisien, des pieds de biche, des cagoules, des gants et des pioches ont été découverts dans le coffre de leurs voitures, stationnées sur le parking de l’hôtel où ils ont été arrêtés. Lors de leur garde à vue, les suspects, dont certains sont connus pour vols et trafics de stupéfiants par la justice espagnole, ont nié avoir projeté de braquer le musée, évoquant « de simples visites touristiques ».

Un renseignement de la police espagnole

L’enquête, conduite par l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC), a débuté sur la base d’un renseignement transmis aux policiers français par leurs homologues de la police judiciaire de Madrid, selon la source proche du dossier. Ce renseignement a conduit les enquêteurs français à mettre en place une surveillance autour du château de Fontainebleau, où les suspects ont été observés en train de faire du repérage.

Le musée chinois de l’Impératrice, aménagé au sein du château de Fontainebleau, accueille près de 800 œuvres d’art rassemblées par l’empereur Napoléon III et son épouse Eugénie dans les années 1860. Ce musée avait été cambriolé en mars 2015. Une quinzaine d’œuvres d’art avaient alors été dérobées, dont la couronne en or du roi de Siam, offerte par les ambassadeurs de Siam à Napoléon III lors d’une visite officielle en 1861, et une chimère chinoise en émail cloisonné du règne de Qianlong.