Bordeaux : Des amendes de 500 euros requises contre huit décrocheurs des portraits de Macron

JUSTICE Le tribunal correctionnel de Bordeaux rendra son jugement le 20 décembre concernant les huit personnes poursuivies pour avoir décroché des portraits de Macron dans des mairies du Bassin d’Arcachon

20 Minutes avec AFP

— 

Huit personnes étaient jugées vendredi à Bordeaux pour avoir décroché des portraits présidentiels dans des mairies du Bassin d'Arcachon.
Huit personnes étaient jugées vendredi à Bordeaux pour avoir décroché des portraits présidentiels dans des mairies du Bassin d'Arcachon. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Le 28 mai, ils avaient symboliquement décroché des portraits du Président de la République dans des mairies du Bassin d’Arcachon pour dénoncer « l’inaction » climatique du gouvernement. Huit militants écologistes ont été jugés vendredi à Bordeaux pour « vol en réunion » ou complicité de ce délit. 500 euros d’amende ont été requis à leur encontre. Le tribunal correctionnel rendra son jugement le 20 décembre.

L’action de ces militants girondins s’inscrivait dans la campagne nationale de « désobéissance non-violente » lancée en février par le collectif écologiste Action non-violente ANV-Cop21, avec un bilan de 134 portraits officiels « réquisitionnés » en France. 

Un « mauvais signe pour l’état de droit »

Derrière ce vol « noble et altruiste », il y a bien une infraction « caractérisée », a estimé la procureure Amélie Pison, en soulignant d’une part l’existence de l’élément intentionnel – l’appropriation – et en écartant d’autre part l’état de nécessité, une cause d’exonération pénale en cas de danger imminent.

Face à un préjudice de « 8 euros par tableau » – le prix de la reproduction – la défense a dénoncé « une débauche de moyens d’investigations » et un « mauvais signe pour l’état de droit ». Elle a appelé le tribunal à « effacer l’illégalité d’une action au profit de sa légitimité ».

A l’extérieur du tribunal, les soutiens des militants avaient déployé des banderoles pour annoncer un « procès de l’inaction climatique de l’Etat ».