Procès de l’attaque de militaires à Nice : L'accusé revient sur ses aveux et dit qu'il ne voulait «pas les tuer»

ASSISES SPECIALES Il a assuré avoir agi, sous le coup de l’impulsion, après s’être souvenu d’un verset coranique disant « qu’il faut repousser ceux qui combattent les musulmans »

20 Minutes avec AFP

— 

Photo fournie par les bureaux du Premier ministre turc le 4 février 2015 de Moussa Coulibaly, agresseur présumé de trois militaires à Nice
Photo fournie par les bureaux du Premier ministre turc le 4 février 2015 de Moussa Coulibaly, agresseur présumé de trois militaires à Nice — Bureaux du Premier ministre turc
  • Moussa Coulibaly, 35 ans, est jugé devant la cour d’assises spéciales de Paris pour l’agression de trois militaires de l’opération Sentinelle, le 3 février 2015 à Paris.
  • Mercredi, il est revenu sur ses aveux affirmant ne pas avoir agi avec préméditation et avec l’intention de tuer.
  • Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Il a finalement affirmé qu’il ne voulait « pas les tuer ». Moussa Coulibaly, délinquant radicalisé jugé pour l’attaque au couteau de trois militaires devant un centre communautaire juif à Nice en février 2015, est revenu sur ses aveux mercredi

A l’ouverture des débats lundi, devant les assises de Paris, l’accusé de 35 ans avait reconnu pour la première fois «l'intégralité des faits»,​ admettant la préméditation de cette attaque survenue le 3 février 2015, cinq jours après son expulsion de Turquie et moins d’un mois après les attentats djihadistes de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher.

Il ne voulait pas « toucher une partie vitale »

« Oui, je reconnais les faits, oui », avait-il dit lundi, le regard vague dans le box et semblant hésiter dans ses réponses. « Ces accusations m’ont peiné. J’étais abattu. J’étais pressé que ça se termine. Je vous ai dit que je reconnaissais les faits mais je ne les reconnais pas », a finalement déclaré Moussa Coulibaly lors de son interrogatoire mercredi.

Il a assuré avoir, sous le coup de l’impulsion, agressé le premier militaire qu’il a croisé sur son chemin ce vendredi de février 2015 après s’être souvenu d’un verset coranique disant « qu’il faut repousser ceux qui combattent les musulmans ».

En visant son visage, il voulait « laisser une marque » mais « à aucun moment toucher une partie vitale », a avancé l’accusé. Il s’est défendu d’avoir voulu prendre le fusil d’assaut du soldat qui l’a maîtrisé au sol après lui avoir fait une balayette, assurant s’être « laissé interpeller » après avoir « réalisé » son acte.

« Interdit d’éprouver des regrets en solidarité avec les pays musulmans"

« Je sais que c’est mal ce que j’ai fait », a poursuivi Moussa Coulibaly, qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Il s’est cependant « interdit d’éprouver des regrets […] en solidarité avec les pays musulmans qui subissent des bombardements », notamment dus à l’intervention militaire au Mali.

Comme lors de l’instruction, l’accusé a aussi nié avoir voulu se livrer au jihad armé et se rendre en Syrie, invoquant devant la cour « un voyage touristique » qui l’a mené en trois jours à Nice, en Corse puis à Istanbul, d’où il a été refoulé.

Jusqu’à son passage à l’acte, Moussa Coulibaly était surtout connu pour des faits de droit commun et avait écopé de condamnations pour vol, usage de stupéfiants et outrage. Il se serait radicalisé en 2011 ou 2012 selon les membres de sa famille, qui n’ont pu expliquer l’élément déclencheur. Le verdict est attendu ce jeudi.