Affaire Elodie Kulik : Willy Bardon dans un « état grave » après une tentative de suicide au verdict

PROCES A l’énoncé du verdict le condamnant à trente ans de réclusion criminelle, Willy Bardon a avalé ce qui semble être des médicaments

Vincent Vantighem

— 

Amiens, le 18 janvier 2013. Des gendarmes escortent Willy Bardon au palais de justice avant sa mise en examen.
Amiens, le 18 janvier 2013. Des gendarmes escortent Willy Bardon au palais de justice avant sa mise en examen. — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Elodie Kulik, 24 ans, a été violée et étranglée dans la nuit du 10 au 11 janvier 2002. Son corps, en partie carbonisé, a été découvert sur un terrain vague à Tertry (Somme).
  • Jugé depuis le 21 novembre pour ces faits, Willy Bardon a été condamné à trente ans de réclusion criminelle, ce vendredi soir.
  • A l’énoncé du verdict, il a avalé ce qui semble être des médicaments. Il a été hospitalisé dans un état grave.

A la cour d’assises de la Somme, à Amiens,

Un geste de désespoir extrêmement rapide. A l’énoncé du verdict le condamnant à trente ans de réclusion criminelle pour l’enlèvement et la séquestration suivis de la mort d’Elodie Kulik, Willy Bardon a tenté, ce vendredi soir, de mettre fin à ses jours, dans le box des accusés. L’homme de 45 ans comparaissait libre mais il avait été placé dans le box pour le verdict afin de rester en sécurité, tant l’affaire est sensible au niveau local.

La vingtaine de policiers équipés de gilets pare-balles qui quadrillaient la salle n’a pas pu l’empêcher, à l’annonce de la sentence, de prendre dans sa poche ce qui semble être des médicaments. Il a alors attrapé une bouteille d’eau et en a avalé le contenu très rapidement, dans la confusion la plus totale et sous les yeux d’un public venu nombreux entendre le verdict.

« On ne sait pas quel produit il a ingéré »

Ses avocats visiblement émus par la décision de justice et l’initiative terrible de leur client n’ont pas souhaité « commenter » cet incident. Mais le procureur d’Amiens, Alexandre de Bosschère, a indiqué qu’il avait été hospitalisé « dans un état grave et préoccupant ». Dans la salle des pas perdus, il a précisé qu’on ignorait quel est le « produit qu’il a ingéré », précisant qu’un proche de Willy Bardon avait « dit qu’il attenterait à ses jours s’il était condamné ».

Une enquête pourrait être ouverte pour savoir comment cet homme, qui avait pourtant été fouillé avant le verdict, a pu dissimuler ce produit et l’avaler sans que personne ne puisse l’en empêcher.

Revivez en direct le procès de Willy Bardon sur le compte Twitter de notre journaliste :  @vvantighem