Fusillades à Nantes : Quinze suspects désormais en détention provisoire

ENQUETE Depuis le début de l'enquête, 17 personnes ont été mises en examen après les règlements de compte survenus il y a huit mois à Nantes

J.U.

— 

Le bar à chicha Le Moonlight, rue Maréchal-Joffre à Nantes, devant lequel un homme a été tué le soir du 22 avril.
Le bar à chicha Le Moonlight, rue Maréchal-Joffre à Nantes, devant lequel un homme a été tué le soir du 22 avril. — S.Salom-Gomis/AFP

Les investigations se poursuivent mais les annonces du procureur de la République de Rennes Philippe Astruc sonnent comme le bilan d’un vaste coup de filet. Ce vendredi soir, 15 personnes soupçonnées d’être liées aux règlements de comptes par balles (faisant plusieurs blessés) et à la fusillade mortelle d’avril dernier à Nantes sont en détention provisoire, selon un nouveau décompte du parquet.

Au total, 17 individus ont donc été mis en examen pour « association de malfaiteurs, meurtre et tentative de meurtre commis en bande organisée » ou pour « tentative de meurtre commis en bande organisée, participation à une association de malfaiteurs criminelle et acquisition et détention d’arme ou munition de guerre », explique ce nouveau communiqué de presse..

Quatre nouvelles mises en examen ce vendredi

Depuis la fin du mois de novembre, les arrestations se multiplient alors que 400 policiers ont été mobilisés sous l’autorité du magistrat instructeur de la JIRS de Rennes, spécialisée en matière de grande criminalité. Ces deux dernières semaines, 25 personnes ont été gardées à vue. Parmi elles, quatre individus, âgés d’une trentaine d’années, ont été mis en examen pas plus tard que ce vendredi.

« Pour ces faits ayant gravement troublé l’ordre public », les personnes mises en examen « encourent à ce titre la réclusion criminelle à perpétuité », indique le procureur.