Finistère : Prison ferme pour avoir accusé à tort ses voisins de maltraitance

JUSTICE L’homme a été condamné à deux mois de prison ferme et 1.500 euros d’amende

J.G.

— 

Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes.
Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Une querelle de voisinage qui se termine au tribunal. Un homme était jugé jeudi devant le tribunal correctionnel de Quimper (Finistère) pour dénonciation mensongère. En conflit avec ses voisins, cet habitant de Landeleau avait le 23 décembre 2017 adressé une lettre anonyme au centre départemental d’action sociale pour dénoncer les agissements du couple sur ses cinq enfants, rapporte Ouest-France. Il les accusait notamment de maltraitance, sous-entendant aussi que le père avait un comportement bizarre avec sa fille de 6 ans.

L’enquête, menée par les services sociaux, avait conclu que les accusations étaient fausses et qu’aucun problème n’avait été observé au sein de la famille. Déjà condamné à vingt-cinq reprises, le prévenu a écopé d’une peine de deux mois de prison ferme et 1.500 euros d’amende. Il devra également verser 1.000 euros de dommages et intérêts à ses voisins au titre du préjudice moral.