Toulouse : Un élu municipal mis en examen pour viols

ENQUETE Frédéric Brasilès, l'ancien élu toulousain aux Festivités, a été mis en examen jeudi pour deux viols, commis en 2007 et 2012

20 Minutes avec AFP

— 

Toulouse : Un élu municipal mis en examen pour viols (illustration).
Toulouse : Un élu municipal mis en examen pour viols (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

Il avait démissionné de ses fonctions fin octobre. Un ex-conseiller municipal de Toulouse, Frédéric Brasilès, a été mis en examen jeudi pour deux viols, commis en 2007 et 2012, et pour « agression sexuelle », a indiqué le parquet de Toulouse.

Elu en 2014 sur la liste du maire Les Républicains, Frédéric Brasilès, 44 ans, qui était délégué aux fêtes et manifestations, a été placé sous contrôle judiciaire, a précisé le parquet, confirmant une information de la Dépêche du Midi.

Accusations de harcèlement sexuel en 2019

Une enquête préliminaire avait été ouverte en octobre à son encontre, après la plainte d’une femme affirmant avoir été victime d’un viol en 2012. Une précédente enquête, remontant à 2007 et « portant aussi sur des allégations de viol » avait été jointe, avait alors précisé le parquet.

Frédéric Brasilès est également visé par des accusations de harcèlement sexuel portées en 2019 par une employée de mairie.

Il conteste les faits

Placé en garde à vue le 23 octobre, l’élu avait « contesté l’ensemble des faits » lui étant imputés, avait à l’époque indiqué le parquet. Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc avait le lendemain accepté la démission du conseiller municipal, précisant que ce dernier ne reconnaissait « aucun des faits qui lui sont reprochés ».

Fin août, un restaurateur toulousain avait pour sa part accusé Frédéric Brasilès de tentative de racket via une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Une enquête préliminaire a également été ouverte à propos de cette affaire, le Toulousain ayant porté plainte pour diffamation et le restaurateur pour corruption, selon une source proche de l’enquête.

Acquitté en 2015 des accusations de viol de son petit-fils, l'ex-maire de Vence indemnisé