Une enquête judiciaire ouverte sur les corps conservés à l'université Paris-Descartes

INVESTIGATION Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les corps laissés en état de décomposition au centre de don du corps de l’université Paris-Descartes

20 Minutes avec AFP
Une morgue, ici à l'hôpital de l'AP-HP Bichat-Claude-Bernard. (illustration)
Une morgue, ici à l'hôpital de l'AP-HP Bichat-Claude-Bernard. (illustration) — PHILIPPE LOPEZ / AFP

Des cadavres par centaines, en état de putréfaction, complètement délaissés, dans des locaux indignes du centre de don du corps de l’université Paris-Descartes. Après les  révélations de l'Express, le parquet a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire vendredi pour « atteinte à l’intégrité d’un cadavre ». L’enquête a été ouverte par le pôle santé publique du parquet et confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Dans ce centre, situé dans le 6e arrondissement de la capitale, en plein quartier universitaire, on reçoit depuis les années 1950 des corps « donnés à la science ». Paris-Descartes a la particularité de proposer des corps « frais », pas passés au formol par exemple.

Des négligences éthiques

Seulement, l’article de l’Express décrit par le menu de graves négligences de la part des directions successives. Des négligences sur le plan éthique : des familles ont confié le corps de défunts ou défuntes pensant qu’ils seraient traités avec dignité. Des négligences sur le plan matériel : les locaux décris semblent friser l’insalubrité.

Le centre a été fermé mercredi sur décision administrative.