Attaque terroriste à la prison d’Osny : Bilal Taghi condamné à une peine de 28 ans de réclusion

PROCES Il était jugé pour avoir tenté d’assassiner deux surveillants alors qu’il était détenu à la prison d’Osny, dans le Val-d’Oise

20 Minutes avec AFP

— 

Bilal Taghi comparaît pour "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité public en relation avec une entreprise terroriste".
Bilal Taghi comparaît pour "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité public en relation avec une entreprise terroriste". — BENOIT PEYRUCQ / AFP

Ses remords et ses excuses n’ont pas convaincu la cour d’assises spéciale. Bilal Taghi a été condamné vendredi à 28 ans de réclusion criminelle assortis d’une période de sûreté des deux tiers. Le djihadiste était jugé depuis mardi pour avoir tenté d’assassiner deux surveillants de la prison d’Osny, dans le Val-d’Oise, en septembre 2016. Cette attaque est considérée comme le premier attentat en détention.

L’homme, aujourd’hui âgé de 27 ans, avait décroché un morceau de métal de sa fenêtre et l’avait limé pendant une semaine pour s’en faire une arme. Il avait ensuite attendu la promenade pour s’en prendre violemment à un surveillant, Philippe, le poignardant à deux reprises, une fois au dos, une seconde fois à la gorge. L’homme a été sauvé par un de ses collègues, lui-même blessé au bras. Alors qu’il s’était vanté pendant l’instruction d’avoir su dissimuler sa radicalisation aux psychologues et aux surveillants, il a, à plusieurs reprises pendant le procès, exprimé des remords et présenter des excuses.

L’avocat général avait requis la perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans, appelant à sanctionner l'« engagement irrémédiable dans une idéologie radicale » d’un homme qui « n’a cessé de mentir ».