Angers: Un ancien directeur du service pénitentiaire d'insertion condamné pour détournement de fonds

FAITS DIVERS Durant quatre ans, il avait détourné quelque 21.000 euros à des fins personnelles

20 Minutes avec AFP

— 

Le tribunal d'Angers.
Le tribunal d'Angers. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Il évite la case prison. L’ancien directeur du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) d’ Angers a été condamné jeudi à Poitiers à 18 mois de prison avec sursis pour détournement de fonds, faux et usage de faux par un fonctionnaire en exercice. Il a l’obligation de réparer le préjudice financier, payer une amende de 1.500 euros et a l’interdiction définitive d’exercer toute fonction publique.

Durant quatre ans, entre le 1er janvier 2012 et 2016, il avait détourné quelque 21.000 euros à des fins personnelles, de l’argent récolté auprès de financeurs publics ou privés pour mettre en place des dispositifs innovants d’aide à la réinsertion des détenus.

« Je ne m’explique pas ce qui m’a pris »

« J’ai sali mon nom et la fonction publique », avait reconnu l’ancien directeur à l’issue de l’audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Le dossier judiciaire de l’ancien fonctionnaire, révoqué depuis les faits, avait été délocalisé à Poitiers par décision de la cour de cassation.

Le directeur avait été suspendu de ses fonctions en 2017 alors qu’il était parti pour un nouveau poste au SPIP de Lorient (Morbihan). La nouvelle avait causé une énorme surprise, le fonctionnaire étant décrit comme « innovant » et « dynamique » par le monde judiciaire angevin.

Les fonds transitaient par une structure qu’il avait créée. « J’étais confronté à un mille-feuille de financeurs. J’avais trouvé plus simple d’utiliser une société de conseil que j’avais montée auparavant pour d’autres activités pour recueillir ces fonds. Je ne m’explique pas ce qui m’a pris… », avait-il dit.