Jugement rendu le 22 janvier pour Ariane Fornia poursuivie en diffamation par Pierre Joxe

PROCES Les deux partis ont maintenu fermement leurs positions devant le tribunal

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien ministre socialiste de François Mitterrand, Pierre Joxe.
L'ancien ministre socialiste de François Mitterrand, Pierre Joxe. — AFP

Le tribunal de Paris rendra le 22 janvier sa décision dans l'affaire de diffamation opposant l’ancien ministre socialiste Pierre Joxe à l’écrivaine Ariane Fornia, qui l'accuse d'agression sexuelle en 2010.

Lors d’une audience tendue ce lundi matin, la fille de l’ancien ministre sarkozyste Eric Besson et l’ex-ministre de François Mitterrand ont maintenu avec force leurs positions antagonistes, la jeune femme accusant l’octogénaire de l’avoir agressée et ce dernier soutenant qu’elle a tout inventé.

Des faits prescrits

En octobre 2017, en pleine éclosion de la vague #MeToo, Ariane Fornia, de son vrai nom Alexandra Besson, avait accusé l’ex-président de la Cour des comptes de l’avoir agressée lors d’une représentation à l’Opéra Bastille à Paris en mars 2010, en lui mettant à plusieurs reprises la main sur la cuisse et la remontant « vers (son) entrejambe ». Des faits prescrits.

Dans un billet de blog, elle avait décrit « un vieux monsieur à l’air éminemment respectable », « ancien ministre de Mitterrand », avant d’accuser nommément Pierre Joxe dans L’Express.

Pierre Joxe avait dénoncé «un tissu de contre-vérités » et demandé « des excuses écrites et publiques », ce que l'écrivaine s'était refusée à faire. Il l’avait alors assignée en diffamation.

Une audience tendue

« Je persiste et signe, ce que j’ai dit est l’exacte vérité et je suis sûre que Pierre Joxe le sait très bien », a déclaré Ariane Fornia devant le tribunal. L’écrivaine, qui n’avait pas porté plainte, a produit des pièces pour attester qu’elle avait raconté ces faits à des proches dès 2010 ou 2011.

Sa défense a également fait état du récent témoignage d’une ancienne employée à domicile de Pierre Joxe qui l’accuse d’agression et harcèlement sexuels en 2018, et dont la plainte a mené à l'ouverture d'une enquête mercredi.

Des « contre-vérités » selon l’accusation

De son côté, Pierre Joxe s’est dit « encore plus indigné qu’il y a deux ans », et son avocat Jean-Yves Dupeux a énuméré les « contre-vérités » contenus dans le billet de blog. L’Opéra de Paris a confirmé que les sièges des Joxe et des Besson étaient côte à côte au balcon d’honneur, mais Ariane Fornia, qui mentionnait sur son blog l’arrivée de son père à l’entracte, a convenu à l’audience qu’elle s’était « trompée » : il n’y avait pas d’entracte ce soir-là et son père n’avait pu assister à la représentation.

Pierre Joxe demande un euro symbolique de dommages et intérêts, 5.000 euros au titre des frais de justice, la suppression des propos litigieux du blog et la publication de communiqués judiciaires.