Après la mort d'un cheminot, la SNCF condamnée à payer 80.000 euros

PROCES En 2011, ce cheminot de 29 ans prenait des mesures sur la voie en vue de l’installation d’une nouvelle signalisation lorsqu’il a été heurté par un train

20 Minutes avec AFP

— 

Des trains en gare (image d'illustration).
Des trains en gare (image d'illustration). — CHRISTOPHE SIMON / AFP

SNCF Mobilités a été condamnée ce jeudi pour homicide involontaire à une amende de 80.000 euros pour la mort d’un cheminot. En 2011, cet homme avait été happé par un TGV alors qu’il prenait des mesures sur une voie.

L’établissement public, qui est en charge des trains au sein de la SNCF, a été condamnée en tant que personne morale. Un cheminot qui se trouvait avec la victime a écopé d’une amende de 5.000 euros avec sursis, a indiqué au tribunal de grande instance de Colmar, confirmant une information du journal L’Alsace.

Heurté par un Paris-Zurich à vive allure

Le cheminot de 29 ans, qui prenait des mesures sur la voie en vue de l’installation d’une nouvelle signalisation, au sud de la gare de Colmar, avait été tué par un TGV Paris-Zurich qui roulait à vive allure. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet, tandis que l’avocat de la SNCF avait plaidé la relaxe, contestant que SNCF Mobilités se soit rendue coupable de manquements aux obligations de sécurité.