Jean-Michel Colson condamné en appel à la perpétuité pour le viol et la mort de Séverine Gentil

JUSTICE Une Ardennaise de 43 ans avait été violée à plusieurs reprises et torturée en 2015 par deux hommes

20 Minutes avec AFP

— 

Une salle de tribunal. (illustration)
Une salle de tribunal. (illustration) — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Jean-Michel Colson, jugé en appel pour le viol avec barbarie « ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner » d’une femme, a été condamné mercredi soir par la cour d’assises de Reims à la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de vingt-deux ans, a constaté l’AFP.

En première instance, en 2018, il avait été condamné à trente ans de réclusion avec vingt ans de sûreté pour ces faits commis à l’encontre d’une Ardennaise de 43 ans.

« Séverine peut reposer en paix »

Aujourd’hui âgé de 51 ans, Jean-Michel Colson a reconnu, lors de ce procès en appel qui s’était ouvert vendredi, le viol de la Sedanaise Séverine Gentil, du 12 au 13 juin 2015 dans la forêt du Mont-Dieu (Ardennes). En revanche, il est resté muet sur les actes de torture et de barbarie, caractérisés par l’introduction de canettes de bière dans les parties intimes de la victime.

Son complice, Damien Gatine, 29 ans, avait écopé en 2018 de dix-huit ans de prison, sans peine de sûreté. Il avait été reconnu coupable de viol en réunion et complice des actes de barbarie. Il n’avait pas fait appel. « C’est un poids en moins », a déclaré après ce verdict en appel l’une des nièces de la victime, car « maintenant, Séverine peut reposer en paix ».