L'homme soupçonné d'avoir poignardé sa conjointe à Oberhoffen-sur-Moder mis en examen pour « meurtre sur conjoint »

FAITS DIVERS Le parquet de Strasbourg a ordonné son incarceration

Nils Wilcke

— 

Un véhicule de gendarmerie (illustration).
Un véhicule de gendarmerie (illustration). — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • L'homme, soupçonné d'avoir mortellement poignardé sa conjointe ce dimanche à Oberhoffen-sur-Moder, dans le Bas-Rhin, a été mis en examen ce mardi pour « meurtre sur conjoint » et incarcéré, indique le parquet de Strasbourg. 
  • La fille du couple, qui a témoigné dans la presse locale, met en cause le temps d'intervention des gendarmes. 
  • Une source policière contactée par nos soins évoque un délai d'intervention plus près de la vingtaine de minutes.

Il est soupçonné d'avoir mortellement poignardé sa conjointe dans la nuit de dimanche à lundi à Oberhoffen-sur-Moder, dans le Bas-Rhin. L’homme, placé en garde à vue, a été mis en examen pour « meurtre sur conjoint » et incarcéré, indique ce mardi le parquet de Strasbourg dans un communiqué.

Le féminicide de la mère de famille laisse la petite ville sous le choc. 20 Minutes, qui s’est rendu sur place pour recueillir les témoignages des habitants et des riverains, fait le point sur l’enquête en cours.

Que s’est-il passé ?

Les gendarmes ont été alertés dimanche peu après 23 heures d’une dispute en cours au domicile du couple. C’est le centre opérationnel de la gendarmerie de Strasbourg qui a réceptionné l’appel, entraînant l’intervention de la brigade de gendarmerie de Bischwiller. Ces derniers ont appris à 23h19 l’issue dramatique de la dispute, selon le parquet de Strasbourg.

Ce sont les secours, arrivés plus tôt sur les lieux, qui ont constaté le décès de la victime « dont le corps se trouvait à l’extérieur de l’habitation, à proximité immédiate de la baie vitrée du salon », précise le parquet.

Les gendarmes sont-ils intervenus trop tard ?

« J'ai mis 3 minutes pour arriver. Ils ont mis 30 minutes ». Sur France Bleu Alsace, la fille de la victime a directement mis en cause le temps d’intervention des gendarmes. Une source policière contactée par nos soins évoque un délai d'intervention plus près de la vingtaine de minutes. Selon cette même source policières, les gendarmes étaient par ailleurs déjà en intervention au moment où ils ont été appelés.

Comment se déroule l’enquête ?

Ce sont les gendarmes de la brigade de recherche de Haguenau qui sont chargés de l’enquête. Selon notre source, les militaires étaient intervenus trois jours plus tôt au domicile de la victime, qui leur avait indiqué qu’elle ne souhaitait pas partir car elle ne sentait pas en insécurité.

De son côté, le parquet indique n’avoir été saisi que d' « une plainte de la victime en octobre dernier » pour des « disputes et des violences légères sans ITT, établie sur fond d’alcool depuis plusieurs mois » ainsi que « des menaces de dégradation de véhicule » proférées en juillet dernier. Son conjoint était convoqué pour ces faits devant le tribunal en décembre dans le cadre d’une procédure de plaider coupable.

La fille de la victime a indiqué vouloir organiser une marche blanche cette semaine en hommage à sa mère, sans toutefois en préciser la date.

En trois ans, il s’agit du deuxième féminicide dans la commune d’Oberhoffen-sur-Moder. C’est le 131e féminicide en France depuis le début de l’année, selon le collectif Féminicides par compagnons ou ex.