Bordeaux : L'oubli d'une compresse provoque une double amputation de son patient, le chirurgien condamné

JUSTICE En 2011, une compresse a été oubliée lors d’une opération cardiaque à l’hôpital Haut-Lévêque de Bordeaux, provoquant une double amputation. Le chirurgien vient d’être condamné à six mois de prison avec sursis

E.P.

— 

Une compresse a été oubliée par un chirurgien lors d'une opération cardiaque.
Une compresse a été oubliée par un chirurgien lors d'une opération cardiaque. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Ce mercredi, un chirurgien cardiaque qui avait oublié une compresse lors d’une opération, provoquant une amputation des deux jambes chez son patient, a été condamné à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Une peine qui vient doubler les réquisitions du procureur de la République lors de l’audience qui s’est tenue début octobre, rapporte Sud-Ouest. 

La victime, un ancien conducteur de bennes aujourd’hui âgé de 61 ans avait été opéré au CHU de Bordeaux, dans un service de Haut-Lévêque, le 4 février 2011. Le chirurgien, âgé de 51 ans, exerce aujourd’hui dans une clinique privée bordelaise. Son avocate, Me Cadiot-Feidt, avait plaidé la relaxe pointant une défaillance du système et non de son client. L’hôpital n’a pas été poursuivi dans cette affaire.

« Une certaine désinvolture »

Le tribunal a estimé que le chirurgien avait fait preuve d’une « certaine désinvolture » en ne retournant pas dans la salle d’opération quand une compresse a été déclarée manquante, donnant ses ordres par téléphone au chirurgien « junior », qui avait pour mission de refermer le patient. L’examen qu’il a ordonné de pratiquer n’a pas permis de retrouver la compresse et il a estimé qu’il fallait recoudre le patient. Des recherches jugées insuffisantes par le tribunal.

Les parties civiles ont été déboutées de leur demande de réparation de préjudice morale et renvoyées vers la justice administrative, une décision que regrette l’avocate de la victime Me Audrey Marie-Balloy.

Le chirurgien a dix jours pour faire appel de la décision.