Affaire Balkany : La demande de mise en liberté du maire de Levallois mise en délibéré au 13 novembre

DECISION Cette seconde demande de mise en liberté concerne sa condamnation à cinq ans de prison pour blanchiment de fraude fiscale

20 Minutes avec AFP

— 

Paris, le 13 mai 2019. Patrick Balkany lors de son procès pour "blanchiment" et "corruption".
Paris, le 13 mai 2019. Patrick Balkany lors de son procès pour "blanchiment" et "corruption". — STRINGER / AFP

Il sera fixé d’ici huit jours. La demande de mise en liberté de Patrick Balkany, consécutive à sa condamnation à cinq ans de prison pour blanchiment de fraude fiscale, a été mise en délibéré au 13 novembre.

« On n’a plus un rond » et « aucune intention de fuir » : a déclaré ce mardi Patrick Balkany lors de sa demande de mise en liberté devant la cour d’appel de Paris, après sa condamnation dans le volet blanchiment de son procès. Il est apparu la mine chiffonnée dans le box des prévenus, semblant flotter dans sa chemise grise. « Bien entendu, je me tiens à la disposition de la justice pour le procès en appel », a-t-il assuré au président, ajoutant qu’il souffrait « beaucoup » et ne souhaitait qu’une chose : sortir de prison pour être auprès de son épouse et première adjointe, Isabelle.

Se représenter aux municipales

Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), incarcéré depuis le 13 septembre, a déjà vu sa première demande de mise en liberté, liée à sa condamnation à quatre ans de prison pour fraude fiscale, acceptée le 28 octobre par la cour d'appel.

Pour chacune de ses condamnations, Patrick Balkany, 71 ans, a déposé une demande de libération. Pour qu’il sorte de prison avant ses procès en appel, les juges doivent aussi accepter la seconde requête. Les deux affaires étant très liées, la première décision devrait toutefois donner le ton de la deuxième. Si sa seconde demande de mise en liberté est elle aussi acceptée, Patrick Balkany pourrait avoir le champ libre pour se représenter à la tête de sa ville lors des municipales du mois de mars prochain.

« Vous contestez tout »

La cour d’appel avait considéré « fondée » la demande de l’élu et ordonné son placement sous contrôle judiciaire, avec plusieurs obligations : ne pas sortir du territoire, ne pas se rendre à Paris et plusieurs départements alentour – dont son département des Hauts-de-Seine –, mais aussi fixer sa résidence à Giverny (Eure), pointer une fois par semaine à la gendarmerie, remettre son passeport. Ceci « sous réserve » du paiement d’un cautionnement de 500.000 euros. « De toute façon, Giverny c’est ma résidence habituelle », commente Patrick Balkany, haussant les épaules. Et le passeport ? « Je l’ai retrouvé dans le dossier, mais il est périmé depuis juin 2019 », relève le président François Reygrobellet. « Ben ça ne m’étonne pas », rétorque l’élu.

Le président veut savoir comment Patrick Balkany « se situe » par rapport à sa condamnation pour blanchiment de fraude fiscale, à « toutes ces sociétés à l’étranger… ». Le baron des Hauts-de-Seine retrouve un peu de sa superbe pour raconter, encore une fois, l’argent hérité de son père rescapé d’Auschwitz et placé en Suisse, sans vraiment répondre.

« Vous contestez tout », concernant aussi bien le blanchiment, pour lequel le maire a été condamné à cinq ans de prison et dix ans d’inéligibilité, que la corruption passive, pour laquelle il a été relaxé, résume le président, soucieux de ne rien oublier.

Une « libération sèche »

L’accusation s’est une nouvelle fois opposée à sa mise en liberté, arguant à nouveau d’un « risque de fuite possible, probable, prévisible » et jugeant « important de garantir sa représentation au procès en appel », dont la date n’est pas encore connue pour le volet blanchiment – l’appel du volet fraude fiscale est lui fixé au 11 décembre.

L’avocat de Patrick Balkany s’est emporté contre le traitement « absolument exceptionnel » réservé à son client. « Il n’a aucune raison de fuir. Qu’est-ce qu’il va faire ? Partir en cavale tout seul à 71 ans, pendant qu’Isabelle Balkany reste tranquillement à la maison ? », a grondé Me Eric Dupond-Moretti, plaidant pour une « justice apaisée » en appel, avec « des peines normales ».

Reprenant la parole après son conseil, Patrick Balkany a renchéri : « 500.000 euros à trouver, c’est très difficile », a-t-il dit, égrenant l’ensemble des biens et avoirs familiaux saisis. « Je crains que malgré la brillante plaidoirie de mon avocat, je sois obligé de rester au trou, car je ne vois pas comment réunir cet argent ». Compte tenu des conditions « sévères » de son contrôle judiciaire, Me Dupond-Moretti a donc plaidé pour une « libération sèche ».