Carcassonne : Il voulait s'en prendre à des touristes étrangers, un radicalisé condamné à neuf ans en appel

TERRORISME Interpellé en juin 2016 en gare de Carcassonne alors qu’il voulait s’en prendre à des touristes étrangers, un jeune radicalisé a été condamné à neuf ans de prison en appel

20 Minutes avec AFP

— 

Les militaires de l'opération Sentinelle en patrouille dans les gares.
Les militaires de l'opération Sentinelle en patrouille dans les gares. — GEOFFROY VAN DER HASSELT

Il avait été interpellé le 13 juin 2016 à la gare de Carcassonne, dans l’Aude, alors qu’il portait sur lui un couteau et une petite masse qu’il comptait utiliser contre des touristes étrangers ou des juifs.

Condamné l’an dernier en première instance à sept ans d'emprisonnement, Jossuam Planelles, un homme radicalisé, vient d’écoper de neuf ans de prison lors de son jugement en appel. Une peine assortie d’une période de sûreté des deux tiers et d’un suivi sociojudiciaire de cinq ans.

Départ en Syrie avorté

Lors de son premier procès, les juges avaient pris en considération sa personnalité de « immature », « très influençable » et « extrêmement fragile ». Il avait décidé de s’attaquer à des touristes « russes et américains » ou à des juifs faute d’avoir pu se rendre en Syrie, son premier objectif.

Converti à l’islam en 2014, il était « sous l’influence » d’un ami d’enfance de Lunel, une commune de l’Hérault qui a vu une vingtaine de ses jeunes partir en Syrie. C’est sa « consultation frénétique de propagande djihadiste » qui lui a notamment valu d’être suivi par les services antiterroristes. Depuis les attentats de novembre 2015 à Paris, il était assigné à résidence.

Carcassonne: le jeune radicalisé soupçonné de vouloir attaquer des touristes écroué