Lyon : Pas de relaxe, 500 euros d’amende avec sursis requis contre les « décrocheurs » de portrait

PROCES La décision a été mise en délibéré au 14 janvier

Caroline Girardon

— 

Le procureur de la cour d'appel de Lyon a requis mardi 29 octobre des peines d'amende avec sursis à l'encontre de 6 militants qui avaient décroché le portrait d'Emmanuel Macron dans la mairie de Jassans-Riottier.
Le procureur de la cour d'appel de Lyon a requis mardi 29 octobre des peines d'amende avec sursis à l'encontre de 6 militants qui avaient décroché le portrait d'Emmanuel Macron dans la mairie de Jassans-Riottier. — Juliette Treillet
  • Six militants étaient jugés en appel à Lyon ce mardi pour avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron à la mairie de Jassans-Riottier.
  • Le procureur a requis des peines d’amende avec sursis.
  • Le 16 septembre, le TGI de Lyon avait pourtant relaxé deux autres militants au motif de l’état de nécessité face à l’urgence climatique.

Le portrait d’Emmanuel Macron, qui trônait dans la salle des mariages de la mairie de Jassans-Riottier (Ain), n’a toujours pas retrouvé sa place. « Nous le rendrons quand la France respectera ses engagements de l’Accord de Paris. On en est loin… », déplore l’un des six militants jugés en appel pour « vol en réunion avec ruse » ce mardi à Lyon.

En attendant, le procureur de la République n’a pas goûté l’opération et a requis à leur encontre des peines d’amende avec sursis allant de 250 à 500 euros. Soit l’équivalent des peines prononcées en première instance. Le délibéré sera rendu le 14 janvier.

« Le gouvernement français, lui, n’est pas inquiété »

L’association ANV-COP21, au sein de laquelle militent les six prévenus, a regretté cette décision. « Le gouvernement français, lui, n’est pas inquiété et continue de faire preuve d’une irresponsabilité historique devant les urgences climatiques et sociales », estime-t-elle dans un communiqué.

Nicolas, Hélène, Philippe, Jean-Marie, Anne-Sophie et Vincent comparaissaient ce mardi devant la Cour d’Appel de Lyon à l’Appel du procureur pour avoir décroché le portrait du président de la République le 3 mars 2019 dans la mairie de Jassans-Riottier (Ain).

Le procureur de la cour d'appel de Lyon a requis mardi 29 octobre des peines d'amende avec sursis à l'encontre de 6 militants qui avaient décroché le portrait d'Emmanuel Macron dans la mairie de Jassans-Riottier.
Le procureur de la cour d'appel de Lyon a requis mardi 29 octobre des peines d'amende avec sursis à l'encontre de 6 militants qui avaient décroché le portrait d'Emmanuel Macron dans la mairie de Jassans-Riottier. - Juliette Treillet

De nombreux citoyens, soutiens politiques et associatifs se sont réunis devant la Cour d’Appel de Lyon pour accompagner les prévenus à l’audience à 13h30. Cinq cents portraits ont été disposés sur le parvis, soit autant de « témoignages de soutien aux actions de désobéissance civile qui se sont multipliées depuis des mois sur le territoire ».

« Ce qui est devant nous est grave ! »

A la barre, les prévenus ont également reçu le soutien de chercheurs et de porte-parole d’associations à l’image de Frédi Meignan, président de Mountain Wilderness France. « Quand on est sentinelle et qu’on voit une menace arriver, est ce qu’on a le droit de ne rien dire ? Moi je pense qu’on a le devoir de réagir », a-t-il estimé. Et d’ajouter : « Interpeller le chef de l’Etat je pense que c’est une initiative d’utilité publique et planétaire. Ce qui est devant nous est grave. »

Le 16 septembre, le tribunal de Grande Instance de Lyon avait relaxé deux « décrocheurs de portrait », reconnaissant pour la première fois l’état de nécessité et la légitimité d’agir face à l’urgence climatique. « Aujourd’hui, le procureur ne semble pas avoir pris la mesure de l’enjeu, et nous espérons que le juge percevra la légitimité de nos actions », souligne encore ANV-COP21.

En 8 mois, 20 procès ont été intentés sur tout le territoire à l’encontre des « décrocheurs de portrait ».