Lyon : Il avait créé une centrale d'appels pour vendre cocaïne et produits de synthèse aux adeptes du sexe sous drogue

PROCES Le trafiquant de drogue et son livreur ont été jugés jeudi devant le tribunal correctionnel de Lyon

Elisa Frisullo

— 

Le palais de justice de Lyon Illustration.
Le palais de justice de Lyon Illustration. — E. Frisullo / 20 Minutes

Une centrale d’appels pour les commandes et un livreur pour aller fournir les clients, des adeptes de sexe sous drogue pour la plupart. Un homme de 27 ans a été interpellé cette semaine à Lyon et jugé jeudi devant le tribunal correctionnel pour un trafic de cocaïne et de produits de synthèse de grande ampleur, monté comme une véritable petite entreprise.

Les enquêteurs sont remontés jusqu’à lui après un banal contrôle, réalisé dimanche dernier, quai Jules-Courmont, à Lyon. L’homme au volant de la voiture n’est pas en règle et dans la voiture, les policiers repèrent des sachets de conditionnement utilisés habituellement pour les stupéfiants, indique ce vendredi la police lyonnaise. Le passager, un Villeurbannais de 25 ans, est découvert en possession de cocaïne et de 3MMC, de la drogue de synthèse.

La drogue stockée chez sa sœur

Les investigations menées par la suite permettent d’identifier le fournisseur, interpellé chez lui, dans le 8e arrondissement. L’homme stocke la marchandise chez sa sœur, au domicile de laquelle les policiers découvrent dans un coffre-fort des produits stupéfiants et de l’argent : 160 grammes de 3MMC, 0,6 gramme de cocaïne et près de 10.000
euros en espèces, ajoute la sûreté du Rhône.

Placé en garde à vue, le trafiquant explique qu’il gère une centrale d’appels depuis laquelle il vend la drogue, achetée en Hollande. Il ajoute que le passager de la voiture interpellé, travaille pour lui comme fournisseur. En quelques mois, le trafic lui aurait ainsi rapporté 47.000 euros. Il faut dire que l’homme avait trouvé son créneau. Il écoulait la majeure partie de sa drogue de synthèse dans le milieu gay, auprès des amateurs de chemsex.

Le trafiquant, reconnu coupable, a été condamné jeudi en comparution immédiate à trois ans de prison et 10.000 euros d’amende. Le livreur a écopé d’une peine de quinze mois de prison. Les deux hommes ont été écroués à l’issue du procès, ajoute la police. Le conducteur de la voiture, mis hors de cause, a été laissé libre.