Radicalisation dans la police : 27 agents signalés depuis l’attentat à la préfecture de police

SIGNALEMENT Selon une information de BFMTV, 27 fonctionnaires de police ont été signalés pour radicalisation depuis l'attentat au sein de la préfecture de police à Paris, le 3 octobre dernier

C-E.AK

— 

Un commissariat de police (illustration).
Un commissariat de police (illustration). — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

De plus en plus de signalements pour « radicalisation » au sein de la police sont recensés. Selon BFMTV, 27 fonctionnaires de la préfecture de police de Paris ont été signalés depuis l'attaque perpetrée au sein des locaux, le 3 octobre dernier.

Parmi ces 27 policiers signalés, trois font l’objet de demandes de suspension par le Préfet de police, et deux ont été désarmés. L’un d’entre eux était affecté à la Direction régionale de la police judiciaire et l’autre travaillait comme gardien de la paix à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Les profils des fonctionnaires de police signalés sont plutôt similaires : il s’agit majoritairement d’hommes au grade de Gardien de la paix ou d’officiers.

Une note interne envoyée le 7 octobre

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait déclaré le 10 octobre devant la Commission des Lois du Sénat qu’il y avait « une quarantaine de cas de radicalisation », avant l’attaque, un maximum stable, selon lui. A la suite de l’attentat à la préfecture de police de Paris, Emmanuel Macron avait appelé de ses vœux à « une société de vigilance » demandant aux Français de repérer autour d’eux les personnes radicalisées et « les relâchements, les déviations, ces petits gestes qui signalent un éloignement avec les lois et les valeurs de la République (…) des petits riens qui deviennent de grandes tragédies ». 

Le préfet de police a envoyé une note de service le 7 octobre, indiquant qu'en « cas de détection de signes d’une possible radicalisation d’un agent, il appartient de la signaler immédiatement et directement à sa hiérarchie ». Dans la gendarmerie, ce sont une vingtaine de personnes qui ont été signalées pour des signes de radicalisation depuis 2013.