Calvados : Un vendeur de drogues dénonce son fournisseur pour clore le trafic

AUBAINE L’étudiant de 23 ans a profité de l’intervention des policiers chez lui, à Caen, pour désigner l’endroit où l’attendait son fournisseur

20 Minutes avec agence

— 

De l'herbe de cannabis (photo d'illustration).
De l'herbe de cannabis (photo d'illustration). — Levine - Sipa

Un étudiant de 23 ans qui revendait de la drogue à Caen (Calvados) a décidé de mettre fin au trafic en dénonçant son fournisseur, rapporte ce jeudi  France Bleu Normandie. Les policiers, initialement contactés dimanche dernier pour un différend conjugal, ont trouvé le revendeur seul dans son appartement.

Ce dernier les a accueillis « à bras ouverts », raconte la radio locale. Sur la table à manger, les policiers tombent sur « 83 grammes d’herbe de cannabis et plus de 3.300 euros en liquide ».

Il indique aux policiers où l’attend son fournisseur

L’étudiant en économie ne nie pas que la marchandise lui appartient, mais ne s’arrête pas là. Il se montre coopératif en indiquant aux policiers où trouver son fournisseur. Celui-ci l’attend en voiture devant son ancien appartement.

Une fois à l’adresse indiquée, les autorités aperçoivent un homme correspondant à la description. L’individu tente alors de s’enfuir, mais les policiers le rattrapent. Lors de la fouille du véhicule, les agents trouvent environ « 10 kg de résine de cannabis », ainsi qu'« une batte de base-ball », relate France Bleu.

Trois ans ferme pour le fournisseur

Agé de 36 ans, l’individu a rencontré son revendeur en boîte de nuit il y a deux ans. Le jeune homme, qui dealait pour payer son loyer, aurait gagné 4.500 euros sur cette période. Quelque 15.000 euros seraient revenus au fournisseur, qui s’est montré violent lorsque l’étudiant a tenté d’arrêter le trafic.

L’individu a nié avoir un quelconque lien avec le contenu du colis retrouvé dans sa voiture. Il possède par ailleurs deux véhicules, dont un qu’il a payé avec 13.000 euros en liquide. Habitant au Havre, a été condamné à trois ans de prison ferme. Quant à l’étudiant, le tribunal l’a condamné à un an ferme, sans mandat de dépôt.