Nice : Le premier adjoint au maire Philippe Pradal condamné pour « prise illégale d’intérêts »

SUBVENTIONS L’élu, qui avait été maire pendant quelques mois, n’était pas sorti de la salle du conseil municipal pendant le vote de subventions à des associations dont il était membre

F.B.
— 
Philippe Pradal avait succédé à Christian Estrosi au poste de maire de Nice pendant un an
Philippe Pradal avait succédé à Christian Estrosi au poste de maire de Nice pendant un an — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Il ne sera pas inéligible et rien ne sera inscrit sur son casier judiciaire. Mais le premier adjoint au maire de Nice a bien été condamné pour «prise illégale d'intérêts» ce vendredi rapporte Nice-Matin. Philippe Pradal écope de 50.000 euros d’amende dont 25.000 euros avec sursis. Il doit aussi verser 5.000 euros à l’association Anticor, à l’origine de l’affaire.

En cause, des subventions accordées par la ville, dont une de 1,5 million d’euros, qui ont permis d’aménager le sous-sol de l’église Saint-Pierre d’Arène, gérée par une association dont le premier adjoint est trésorier, en un restaurant social. Si Philippe Pradal n’a pas pris part aux votes, il aurait dû, en revanche, sortir de l’hémicycle, comme l’exige la loi, précise le quotidien.

Une opération qui a « fait naître le doute et la suspicion »

C’est sur ce détail technique que l'association Anticor avait alerté la justice. Et c’est ça qui a « fait naître le doute et la suspicion », selon le procureur Matthias Placette, cité par Nice-Matin. Le représentant du parquet a requis ce vendredi matin cinq mois de prison avec sursis et 15.000 euros d’amende, sans demander de peine d’inéligibilité.

Le premier adjoint s’était défendu de tout enrichissement personnel. « Aucune des subventions ne peut être suspectée ou frappée d’illégalité, aucun préjudice n’a été subi par quiconque », a plaidé son avocat, décrivant « un parfait honnête homme ». Me Gérard Baudoux espérait une relaxe.