Corse : La découverte de tracts du « nouveau FLNC » incite le parquet antiterroriste à ouvrir une enquête

JUSTICE La conférence de presse muette des membres de ce « nouveau FLNC » fait beaucoup parler en Corse

J.S.-M.

— 

Un « nouveau FLNC » se manifeste en Corse, notamment par des tracts, depuis le début du mois d'octobre.
Un « nouveau FLNC » se manifeste en Corse, notamment par des tracts, depuis le début du mois d'octobre. — P. Pochard-Casabianca / AFP

Après une mystérieuse conférence de presse muette, des militants qui se revendiquent du «nouveau FLNC » ont déposé des tracts sur la commune d’Erbalonga, dans le Cap Corse. Selon Corse-Matin, qui révèle cette information, le parquet national antiterroriste s’est saisi de cette enquête. Il ouvre une enquête pour « association de malfaiteurs terroristes​ et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste. »

Début octobre, cinq individus cagoulés avaient convoqué un journaliste du quotidien corse pour lui remettre un communiqué. Silencieusement, donc. Dans celui-ci, ils prônent la mise en place d’un « quota touristique » (600.000 touristes par an), « l’interdiction pour des non-Corses d’acheter des biens fonciers ou immobiliers » ou l’apprentissage obligatoire de la langue corse de la maternelle au CM2, à raison d’une heure par jour. D’ailleurs, leur communiqué se terminait par la divise « A libertà o a morte », celle du FLNC de la fin des années 1970.